Loin des bruits de la campagne électorale en vue des élections municipales qui battait son plein, la première conférence internationale organisée par la Fondation pour l’Interculturel et la Paix avec le soutien du Mahatma Gandhi Institute a été un moment fort et stimulant pour tous ceux qui s’intéressent à la question de l’identité et du vivre ensemble. Cette conférence à laquelle ont participé des intellectuels et universitaires de l’Inde, d’Europe, des États-Unis et des pays de l’océan Indien a été rehaussée par la présence de Jean Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de Littérature 2008. Le dialogue entre JMG Le Clézio, Issa Asgarally, cofondateurs de FIP, et d’autres participants à la conférence a été particulièrement éclairant et a permis de développer davantage son exposé d’ouverture… Pour l’écrivain, « les relations interculturelles font partie des valeurs importantes d’un nouvel humanisme ». Il considère que les communautés créoles dans le monde sont au courant de la difficulté à cohabiter, à vivre ensemble et ont pratiqué non pas l’interculturel mais la relation avec les autres de facto et par force « parce qu’elles se sont trouvées réunies dans des espaces clos que sont les îles avec la nécessité absolue de s’entendre ».