Jean-Michel Henry a poussé un grand ouf de soulagement après la victoire d’Argo samedi dernier qui lui a permis d’enregistrer seulement son deuxième succès de la saison. Après cette victoire, l’entraîneur n’a pu s’empêcher de dire qu’il aurait aimé avoir plusieurs Argo à l’écurie. On peut le comprendre car ce cheval s’est montré tellement dominateur qu’il a donné l’impression d’être un petit champion.
Le mérite qu’Argo soit revenu à ce niveau après son problème au sabot revient à Jean-Michel Henry, mais aussi à Kevin Ghunowa qui a aidé à la préparation de l’alezan.
« Argo avait tapé son sabot dans son box et un gros abcès s’était formé. Il a fallu lui accorder beaucoup de soins. A un certain moment, on avait cru le perdre. Mais heureusement tout s’est bien passé. Il a pu par la suite pu reprendre l’entraînement et là, je dois dire que Kevin Ghunowa a été d’une grande aide», a déclaré l’entraîneur.
Argo qui frappe dès son retour en compétition était quelque part attendu de la part de son entourage. Mais la façon avec laquelle il a dominé ses adversaires laisse présager qu’il possède un bel avenir devant lui.
« Argo, j’en aurais aimé posséder plusieurs au sein de mon yard (rires). Ce n’est pas un cheval facile à entraîner, mais l’avoir dans votre effectif vous aide à bien vous réveiller le matin pour prendre la direction de l’entraînement. Mais les courses étant ce qu’elles sont, il faut faire avec ce qu’on a sous la main. Pour revenir à sa préparation, il est vrai de dire qu’il n’avait pas beaucoup de galops poussés sous les sabots. Mais tous les chevaux ne sont pas entraînés de la même façon. En ce qui le concerne, il fallait doser son travail et je suis arrivé à la conclusion qu’un barrier trial était suffisant pour sa reprise. Si d’aucuns avancent qu’il avait pris du poids par rapport à la saison dernière, il faudrait aussi tenir en ligne de compte qu’il a grandi pendant l’intersaison. »
«Je n’ai jamais pensé rendre mon tablier»
Pour continuer avec Argo et sa domination et la facilité avec laquelle il s’est imposé, la suite pour l’alezan serait qu’il grimpe les échelons.
Cet avis est quelque part partagé par Jean-Michel Henry qui pense que son protégé engrangera d’autres victoires au cours de la saison.
«Argo devrait gagner d’autres courses. Tout reste possible à son sujet. La facilité de sa victoire vous pousse à penser un avenir tout en rose. Mais il faudra attendre confirmation de sa part.»
Reste que la suite de la saison ne peut reposer entièrement sur Argo alors que l’entraîneur compte beaucoup de chevaux qui ne sont pas totalement sains.
« Oui, c’est vrai de dire que nous avons au sein de l’effectif beaucoup de chevaux qui ont du wear and tare. Nous avons du reste effectué un dégraissage dernièrement. Sur un cheptel de 36 chevaux, on ne peut vraiment compter que sur 25 vrais compétiteurs. »
En parlant de victoires, Jean-Michel Henry n’en compte que deux depuis le début de la saison vu que le succès de Craftsman lui a été retiré pour les raisons que l’on connaît. Argo lui a permis de quitter la place de lanterne rouge pour remonter à la neuvième place. Reste qu’il y a encore un long chemin à parcourir, la suite ne s’annonce pas facile.
« Tout est difficile de nos jours. Même pour les grosses cylindrées. Ce n’est pas toutes les semaines que vous pouvez remporter une course, mais il nous faudra à tout prix gagner davantage de courses pour au moins égaler le score de la saison dernière. Je suis d’avis que cet objectif reste possible.»
A la question de savoir si le manque de réussite l’avait à un certain moment poussé au découragement au point à avoir pensé mettre la clé sous le paillasson, Jean-Michel Henry a répondu par la négative.
« Non. Je n’y ai jamais pensé. Ce sont des rumeurs qui ont circulé la semaine dernière je crois. Non, j’ai toujours voulu être entraîneur et je ne suis pas prêt de rendre mon tablier. Je sais pertinemment bien que ce métier est fait de hauts et de bas. Il faut savoir accepter quand la roue ne tourne pas en votre faveur. Avec de la patience et du bon travail, la chance devrait revenir de notre côté. »