Jean-Yves L’Onflé organise à partir du 2 septembre une exposition de peinture qu’il a volontairement omis de titrer. Visible à La Pointe Tamarin, l’exposition consistera en 40 tableaux de petits formats, contrairement aux habitudes de l’artiste, et oscille entre divers sujets et styles.
Une fois n’est pas coutume, les tableaux présents dans la prochaine exposition de Jean-Yves L’Onflé sont majoritairement en petits formats. C’est d’ailleurs la première fois qu’il conçoit des oeuvres en format A4 et en dessous. Les 15 expositions qu’il a réalisées jusqu’ici ont toujours été quasiment à l’échelle humaine. “C’est l’idée d’un ami qui habite à l’étranger. Il m’a reproché le fait qu’il ne pouvait pas ramener une de mes oeuvres comme souvenir chez lui. En créant un tableau spécialement pour lui, je me suis dit pourquoi ne pas en faire d’autres et monter une exposition”, confie Jean-Yves L’Onflé.
C’est ainsi que ces 40 tableaux ont été concoctés. Si leur format diffère des habitudes de l’artiste, par contre, les matières dont ils sont faits gardent le même esprit. C’est-à-dire, la protection de l’environnement à travers la récupération. Jean-Yves L’Onflé a toujours réalisé des tableaux en mix-média alliant peinture et collage, ce qui fait que les oeuvres sont en trois dimensions. Des billes, du sable, des clous rouillés, des morceaux de tôle, de la résine ou encore des sachets de thé déjà utilisés ajoutent de la texture aux tableaux. “J’aime que mes tableaux aient du relief”, sourit-il.
D’autre part, habitué à peindre sur du canevas, Jean-Yves L’Onflé sort de ses sentiers battus d’une autre manière en peignant sur des supports comme le plywood ou le bois flotté. De même, l’artiste a décidé de changer ses habitudes en ne prêtant aucun thème à l’exposition. Les oeuvres, en abstrait et en semi-abstrait, proviennent donc de diverses inspirations. L’artiste délaisse également sa couleur fétiche, le bleu, pour cette exposition. “Mes tableaux ont toujours eu une prédominance de bleu. Cette fois-ci, j’ai mis des couleurs que je n’utilise presque jamais comme le mauve ou l’orange.” De plus, les tableaux comportent beaucoup de silhouettes.