Après la marche pacifique tenue vendredi dans les rues de Port-Louis pour déplorer la décision des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, le Comité d’Action Save Jerusalem (CASJ) s’est rendu à l’ambassade américaine ce matin pour y remettre une correspondance destinée au président Donald Trump. La lettre a été remise aux officiers de l’ambassade américaine par le porte-parole du mouvement, Salim Muthy, accompagné de Nazir Allybocus et de Bashir Nuckchady. Elle fait état des appréhensions suite à la déclaration du président américain Donald Trump d’installer l’ambassade américaine à Jérusalem et de la reconnaître comme capitale d’Israël. La lettre rappelle que « le monde avait une lueur d’espoir quand vous aviez indiqué lors de votre élection que vous alliez trouver un deal of the century pour résoudre le conflit israélo-palestinien ».

Le texte avance également que les prédécesseurs de Donald Trump, à l’instar de Bill Clinton ou encore de George Bush Jr, ont soigneusement évité de considérer Jérusalem comme la capitale d’Israël dans le but de préserver les chances de faire progresser les pourparlers de paix. Le comité d’action estime que la démarche de Donald Trump semble venir mettre un terme aux potentielles négociations autour de ce conflit. Toujours selon les arguments avancés par le comité, de nombreux pays du monde entier voient dans l’action de Trump « une tentative d’accentuer la pression sur les Palestiniens ».

Par ailleurs, selon le mouvement, le vote à l’Onu contre la démarche américaine doit être considéré comme un « désaveu » venant de ses alliés. Il avance dans la foulée que toutes les tentatives de persister dans cette direction éloigneraient les possibilités d’une solution au conflit et auront comme conséquence des tensions géopolitiques dans la région et chez les musulmans du monde entier.