Jayraj Woochit et Mike Dookun, deux proches de Navin Ramgoolam qui avaient obtenu les premiers permis d’opération de jet ski fin  2013, ont cessé leurs opérations dans les eaux de Trou aux Biches. Cela après avoir été notifiés par le ministère du Tourisme qu’ils n’avaient plus le droit d’exercer. D’une part parce que les rapports des autorités concernant cette pratique — relancée sous le régime Ramgoolam — n’étaient pas favorables et, d’autre part, parce que le gouvernement actuel n’est pas en faveur de cette activité qui avait été stoppée à la suite d’un accident dans le lagon à Trou d’Eau Douce il y a plusieurs années. Le gouvernement de SAJ ne souhaitant pas de cette activité, jugée dangereuse dans nos eaux, tout porte à croire que le permis du troisième opérateur, basé à Rivière Noire, ne sera pas renouvelé en mars prochain, date à laquelle son permis arrive à expiration. Cette activité sera ainsi à nouveau interdit à Maurice.
Contestée depuis sa relance début 2014 par Blue Shell Ltd et North West Ltd, dont les promoteurs sont Hemant Kumar Dookun, plus connu sous le nom de Mike, un habitant de Pointe aux Piments, et Jayraj Woochit respectivement, deux agents réputés du PTr au N°5, le jet ski n’est plus pratiqué à Trou aux Biches depuis le 31 décembre 2014.
Jayraj Woochit confirme avoir reçu une lettre, en main propre d’un préposé au ministère du Tourisme, l’informant qu’il n’avait plus le droit d’opérer ses jets ski, malgré le fait qu’il aurait obtenu avant fin décembre, selon lui, le feu vert de la Tourism Authority, auprès de qui il a renouvelé son permis. Il lui manquait toutefois le clearance des Fisheries, qu’il n’aurait pas obtenu jusqu’ici, concède-t-il.
Pour Jayraj Woochit, « cette interdiction d’opérer relève d’une politik dominer« . « J’ai fait une demande de renouvellement et j’ai payé les frais nécessaires et mes permis ont été renouvelés. Je ne comprends pas pourquoi du jour au lendemain on cesse une activité qui faisait vivre 11 employés et leurs familles au sein de North West Ltd et une douzaine d’employés et leurs familles chez Blue Shell Ltd », dit Jayraj Woochit, pour qui il s’agit là « d’une politique récriminatrice ».
Ce que réfute le ministre du Tourisme, Xavier Duval. Rappelant que le jet ski avait été réintroduit sur une base pilote, il soutient que les permis d’opération des deux promoteurs étant arrivés à expiration, le gouvernement n’a pas souhaité relancer l’activité, car dangereuse. « D’autant que les rapport des autorités, dont les Fisheries et les garde-côtes, sont défavorables à cette activité que les deux promoteurs ont conduit sans tenir compte des normes », dit Xavier Duval.
Le gouvernement n’est pas satisfait de la manière d’opérer des opérateurs, indique-t-il, ajoutant que « ce n’est pas pour faire du tort à un business ou un agent d’un quelconque parti, mais parce que cette activité est dangereuse ». Mettant l’accent sur l’impact causé sur l’environnement marin et la nuisance que représentent les jets ski pour les plagistes, les pêcheurs et les bungalows avoisinants, même si selon les règlements la pratique devait se faire en dehors du lagon, le nouveau ministre du Tourisme fait ressortir que cette activité avait été stoppée et interdite à la suite d’un accident impliquant un touriste.
Or, le gouvernement Ramgoolam, en octroyant deux permis fin 2013 à Jayraj Woochit et Mike Dookun, et un troisième en mars 2014 à Sportscraft Ltd, dont le promoteur Prakash Sookheea serait lui aussi un proche de l’ancien pouvoir, est revenu avec le projet. Sur une base pilote, selon à l’époque l’ancien ministre du Tourisme Michaël Sik Yuen, qui n’avait cependant, comme la Tourism Authority, pu établir le délai de cette base pilote. Pendant un an, Blue Shell Ltd et North West Ltd ainsi que Sportscraft Ltd (six mois jusqu’ici) ont ainsi pu opérer tranquillement.
Cependant, sur les plages concernées, plusieurs doléances ont été relevées, notamment concernant les conduites dangereuses des opérateurs, qui selon certains plagistes n’hésitaient pas à se pavaner à bord des jets ski dans le lagon. Ce qui aurait par ailleurs conduit au rapport défavorable des autorités concernant cette activité. Activité qui avait été interdite en 2008  (après plusieurs interdiction depuis 1992) car ayant provoqué la mort d’un touriste allemand à Trou d’Eau Douce.
« On connaît tous les raisons pour lesquelles l’activité avait été interdite à Maurice. Le gouvernement aujourd’hui n’est pas en faveur d’une telle pratique, c’est pourquoi les permis ne seront pas renouvelés », indique Xavier Duval. Cela en dépit du fait que le jet ski est un loisir populaire dans le monde et dont de nombreux touristes sont férus. Mais pour le ministre, « il y a d’autres activités que nous pouvons exploiter. Nous allons y réfléchir ». Ce qui est sûr, c’est qu’un an après sa réintroduction, c’est le retour un fois de plus vers l’interdiction du jet ski dans les eaux mauriciennes.