Adnan Sami, le crooner pakistanais s’est donné à la musique avec une rare générosité et sans l’ombre d’une concession jeudi soir au J & J Auditorium à Phoenix. L’artiste a réussi un parfait alliage entre l’improvisation le plus débridée, des compositions complexes et des mélodies qui hantent. Sa passion orchestrale et son humour a conquis le public, pas très nombreux cette fois. Pendant plus de deux heures, Adnan Sami fusionne naturellement tous les genres: rock, soul, jazz et pop…
Le grand retour d’Adnan Sami sur la scène mauricienne s’est effectué en douceur. Avec des textes dorés à l’or fin, il a posé son timbre unique sur ses succès, dont Kabhi To Nazar Milao, Teri Bahon Mein, Bheegi Bheegi Raton Mein et Tera Chehra. Impossible de rester insensible à la version instrumentale et les différentes variations de Ankhon Ankhon Mein de Salaam- E-Isq. Song writer élégant et efficace, il a montré sa maîtrise au clavier. Adnan Sami chante mieux que jamais lorsqu’il est applaudi par le public. Il a aussi entamé de volubiles dialogues avec ses musiciens, portés par la verve de l’improvisation. Adnan Sami n’hésite pas à se trémousser, rouler des hanches avec une grande aisance. Il se distingue par une musique atypique, profonde et détachée, acoutisque et énervée. Ce sont les mêmes métissages entre guitaires, tabla, saxophone, flûte qui a fait sa réputation. Cerise sur le gâteau, il nous a gratifiés d’un morceau extraînant extrait de son dernier album, “Press Play”.
Adnan Sami est aussi un grand sentimental et la vie ne lui a pas fait de cadeaux : surpoids et déceptions amoureuses. Mais il a pu surmonter ces épreuves grâce à Dieu et il a chanté avec beaucoup d’émotion Noor-E-Khudah du film My Name is Khan.
Après deux heures et sans signe de fatigue, le public ne pouvait le laisser partir sans avoir écouter le morceau le plus attendu de la soirée, Lift Kara De. C’est en choeur et débout que le public devait entonner les notes de cette chanson.