La NATReSA (National Agency for the Treatment and Rehabilitation of Substance Abusers), en collaboration avec le ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie et la Private Secondary Schools Authority (PSSA), a démarré cette semaine une campagne de sensibilisation en vue de lutter contre la consommation et l’abus de substances illicites et le VIH/Sida dans les collèges privés de l’île. Une centaine de collèges et centres du Mauritius Institute of Training and Development (MITD) sont ciblés.
L’objectif est d’atteindre 10 000 élèves cette année à travers ce programme de sensibilisation qui s’étalera sur le premier trimestre scolaire. À travers cette campagne, la NATReSA compte mobiliser la population estudiantine pour qu’elle réagisse face à l’usage des drogues et les sensibiliser aux conséquences désastreuses de la drogue, de l’alcool et de la cigarette et à la responsabilité qui incombe à tous, jeunes, adultes, éducateurs et parents de conjuguer leurs efforts pour combattre ces fléaux. La relation entre les dangers des substances illicites et le Vih/sida ainsi que les méfaits des opiacés tels que l’héroïne, le gandia, le Subutex, la cigarette, des drogues synthétiques et des médicaments prescrits sont aussi abordés dans le cadre de cette campagne.
Le coup d’envoi a été donné lundi au collège Modern à Flacq en présence du directeur de la NATReSA, Ved Prakash Bundhun, le directeur de la Harm Reduction Unit du ministère de la Santé, le Dr Appalsamy Appadoo, ainsi que quelque 200 étudiants de la Form IV. Au cours de son allocution lors du lancement, le Dr Appadoo s’est appesanti sur les dangers des stupéfiants sur la vie de l’être humain. Il a ajouté que les substances illicites sont à l’origine de nombreuses maladies telles que le Vih/sida, le cancer, les maladies cardiovasculaires et les maladies non-transmissibles. Il a lancé un appel à la communauté estudiantine de prendre conscience des conséquences et de l’impact des drogues sur la santé et subséquemment de propager l’information dans leur entourage et la communauté.
Le directeur de la NATReSA a rappelé, pour sa part, que l’abus de substances commence avec la cigarette ou un verre de bière. Pour lui, les gens prennent de la drogue « parce qu’ils veulent changer quelque chose dans leur vie… Ils veulent se sentir dans le coup, s’évader ou se relaxer, par ennui, pour se sentir adulte, pour se rebeller ou pour faire une expérience. Ils pensent que la drogue est une solution. Mais en fin de compte, elle devient le problème ».
Cette campagne de la NATReSA pourrait être par ailleurs étendue aux institutions tertiaires et écoles.