Ces dernières années, les chiffres officiels en attestent : la moitié des nouvelles contaminations au VIH/Sida touche les moins de 25 ans. Un cinquième des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) sont âgées entre 15 et 24 ans. Seul 6% des jeunes pensent qu’ils sont « à risques » concernant le VIH. C’est dans l’esprit d’offrir un « plus » en terme d’informations et de protection via l’éducation que les Ong PILS (Prévention, information et lutte contre le sida) et LEAD (Leadership empowerment action development) ont uni leurs efforts, dans le cadre de leur partenariat continu, pour mettre en opération le centre d’informations TiBaz, sis rue Léoville L’Homme, à Rose-Hill. Le responsable en est Yavin Coopan.
Selon des études, menées auprès des jeunes justement, 20% des 15 à 24 ans prennent du cannabis. Quelque 4% des jeunes prennent des drogues avec de fortes addictions et 1,4% s’en injectent. De même, 5% des jeunes consomment au moins un produit alcoolisé par semaine, alors que 41,8% admettent fumer.
Tibaz – Espace Santé Jeunes a ainsi ouvert ses portes officiellement le 18 octobre. Il vient répondre aux problématiques qui touchent nos jeunes de 13-25 ans. Une initiative que signe l’Ong L.E.A.D, avec le partenariat stratégique de PILS et le soutien de la MCB Forward Foundation, de Rogers & Co Ltd et du NSA-UNVP (Non-state actors unit – United Nations volunteer program). Tibaz – Espace Santé Jeunes agit comme extension de la prévention de L.E.A.D et vise à offrir un cadre adéquat pour évoquer des questions liées à la santé des jeunes. Tibaz offre ainsi un espace d’accueil, d’écoute, d’information, d’orientation et de formation destiné au 13-25 ans sur des sujets tels que la drogue, la vie sexuelle et affective, l’alcool, le tabagisme…
L’approche ludique est destinée à répondre au public cible. Tibaz est la version mauricienne du centre français Cyber-Crips. Créé en 2001, cet espace d’accueil et d’informations multimédia est populaire et efficace, et l’accès y est libre et gratuit ! Le Cyber-Crips est soutenu par la région Ile de France et l’État français. D’autres modèles, comme Tibaz à Maurice, ont vu le jour depuis, en Seine Saint-Denis et à Haïti (bien que le centre de Haïti n’existe plus depuis le tremblement de terre de 2011).  
Le coordonnateur de Tibaz, Yavin Coopan, est parti en stage pendant trois semaines au CyberCRIPS à Paris afin de s’imprégner de l’approche du centre et d’apprendre des techniques d’animations adaptées aux jeunes. De plus, un expert, ayant longtemps travaillé dans ce même centre en France, est venu partager son expérience pendant trois mois à Maurice pour la mise en place de Tibaz.  
Les jeux et outils utilisés à Tibaz permettront une mise en situation de questions qui y seront abordées. L’information apportée aux jeunes sera neutre et amicale, des informations de prévention s’inviteront dans les sessions de discussions de manière subtile et amusante. Le jeune aura l’opportunité de poser des questions et de participer à des débats pour qu’il soit informé au mieux face aux situations à risque.
Des outils spécialement conçus pour la prévention permettront une meilleure mise en situation. Par exemple, la cabine « Baz Ti Fim » permet aux jeunes de visionner des courts métrages de prévention sur les thèmes de santé abordés par le centre. Pour l’écoute des problématiques des jeunes, les animateurs peuvent les recevoir dans la cabine « Baz Ti Dialog ».