Lilet, la petite fourmi qui pique, et Gaspar, le gros chien jaune, ont appris ensemble à connaître le secret de l’amitié. Trente ans après la chanson qu’avait enregistrée Odile Chevreau, l’histoire de leur rencontre nous est contée dans un livre illustré avec talent par Evan Sohun. Ce conte imaginé par Brigitte Masson pour les tout-petits est un ravissement qui prend de l’intérêt avec les premiers apprentissages de la vie et de la lecture.
Kamarad pou lavi ou Amis-amis pour toujours, l’ouvrage bilingue de Brigitte Masson et d’Evan Sohun nous est annoncé comme le premier épisode d’une nouvelle collection proposée par La maison des mécènes, dont la lecture peut débuter à l’âge de quatre ans. Écrite il y a une trentaine d’année, l’histoire qui nous est contée présente les deux personnages principaux et nous restitue en mots et en images la rencontre de Lilet, la petite fourmi qui voulait aller à la mer avec Gaspar le gros chien jaune qui s’ennuyait à mourir… Leurs chemins se croisent si bien qu’ils deviendront inséparables. Si un seul livre ne peut révéler tous les secrets de l’amitié, celui-ci démontre au moins qu’il ne faut pas avoir peur d’aller vers les autres même quand on est une toute petite fourmi rouge, que l’attention et la réciprocité sont le terreau de l’amitié.
Les différences si flagrantes entre les deux personnages n’ôtent rien à leur désir partagé de sociabilité et d’amitié. Leurs aventures enfantines composent une histoire aussi amusante, qui intriguera les enfants qui découvrent la camaraderie à la crèche ou à l’école. À l’échelle d’une fourmi, les choses de la vie prennent des proportions terribles. Aussi Lilet éclate-t-elle en sanglot lorsqu’elle réalise qu’elle n’a pas de « kostimdebin » pour aller à la mer. Sa mère lui apprend à confectionner un maillot avec un brin d’herbe à bourrique… et le tour est joué. Les aventures peuvent commencer même si la mer est bien éloignée pour de si petites pattes. L’arrivée d’un grand chien de la couleur d’un fruit de cythère moucheté… lui donne une idée pour rendre son trajet plus facile.
Lilet offre un joli modèle de petite fille courageuse qui n’a pas peur d’aller vers les autres et qui sait ce qu’elle veut. À côté d’elle, Gaspar est un être au grand coeur, une boule de tendresse qui semble avoir oublié qu’il avait des dents pour mordre. Les premiers pas vers l’autre, quelques frayeurs, les moments partagés et l’expression de la reconnaissance feront peu à peu de ces compères, des amis inséparables. Cette histoire se lit avec plaisir. L’illustrateur Evan Sohun a laissé un peu de côté le style de ses bandes dessinées, représentant ici les personnages dans un trait simplifié et délicat. Leurs aventures se déroulent dans un décor paysager, fait d’un assemblage de photos et dessins numériques.