L’auteur pour la jeunesse Amarnath Hosany a connu une enfance bercée par les contes et histoires que lui racontaient ses parents. Aussi le titre même de la série “Le prisonnier des rêves”, dont il vient de publier le troisième tome, est-il directement lié à ses souvenirs. Après “La sorcière” puis “Le retour de Touffe-Touffe”, l’auteur présente “La vallée des prêtres”, un ouvrage où les humains viennent à bout des forces du mal en se serrant les coudes. Un conte fantastique à découvrir à partir de 8 ans.
Amarnath Hosany a été marqué dans son enfance par l’histoire de cet homme endormi qui est entré au cours d’un rêve dans un tonneau, mais n’a jamais pu en sortir, tant et si bien qu’il n’a pas pu se réveiller le lendemain. La série “Le prisonnier des rêves” oscille aussi en permanence entre réalité et imagination, rêves et sortilèges, et ses jeunes héros peuvent parfois devenir prisonniers de leurs propres rêves. Le tome III, intitulé “La vallée des prêtres”, commence quant à lui par un rêve reliant deux êtres séparés. Alors que la jeune Luna se retrouve aux prises de la terrible sorcière Pima, elle parvient à rejoindre, en rêve, son fiancé Éterne et converser avec lui, mais elle disparaît avant de pouvoir lui décrire le lieu où elle est enfermée.
Située sur l’île Sucre, au coeur de l’océan Indien, cette histoire fait référence à travers de multiples détails à Maurice, tels par exemple la rivière Tanié, au bord de laquelle les jeunes amoureux se retrouvent, là aussi où la bonne fée gran’mama médite, rencontre des amis et fait ses rituels. Lorsqu’il situe toutes ses histoires dans une île qui ressemble en tous points à Maurice, Amarnath Hosany y ajoute un imaginaire et des valeurs, voire même une sorte de passé médiéval remontant bien avant l’ère coloniale dans quelque château bleu.
L’auteur avait publié les deux premiers tomes de cette histoire en 2008. Aussi voulait-il se donner le temps nécessaire pour écrire le troisième et dernier volet, et s’y mettre quand ses personnages se manifesteraient à lui en pensée. Avec “La vallée des prêtres”, il nous livre une histoire qui va crescendo en intensité, adoptant un rythme de plus en plus haletant vers ce qu’on espère être la libération de Luna. La sorcière Pima, qui la détient prisonnière, n’a en effet d’autre dessein que de prendre possession de son corps pour envahir l’île Sucre. Mais face aux esprits maléfiques, à l’instar de Pima ou Titalbert, les amis de Luna et Éterne savent associer leurs forces. Gran’Mama utilise les éléments pour prévenir Éterne du danger lorsqu’il part en forêt, elle retrouve des amis au bord de la rivière pour apporter son concours. Le conseil des prêtres, de toutes religions s’entend, propose une solution, sous la forme d’un oeuf de dodo multicolore, pour permettre à Éterne de déjouer les pièges de la sorcière. Aussi lui proposent-ils la compagnie d’un jeune joueur de ravanne nommé Kaya, qui l’aidera à se guider grâce au son dans la forêt obscure et brumeuse. Même si cette série se conclut avec ce troisième volet, son dénouement pourrait receler les ingrédients de nouveaux épisodes.