Cette fois, contrairement au retour des championnats d’Afrique, aucun défilé n’était prévu en raison de l’heure d’arrivée tardive (19h30) et du temps inclément. Toutefois, l’ambiance était comme de coutume électrique et chaleureuse pour le retour au pays des boxeurs hier soir. Bruno Julie, Richarno Colin et Kennedy St. Pierre, médaillés d’or lors de cette 10e édition des Jeux d’Afrique, et John Colin, médaillé de bronze, ont ainsi vécu des moments d’intenses émotions face aux effusions de joie de leurs proches et amis.
Henrietta, Tranquebar et Plaisance, soit les lieux de résidence des héros de Maputo, s’étaient donné rendez-vous à l’aéroport. Les ségas improvisés, avec ravannes et djembés, meublaient la longue attente. Dans cette petite foule de supporters, un homme drapé du quadricolore et doublement heureux devant la prestation de ses deux fils : Mario Colin.
Cette même fierté se lit sur le visage de Marie-Rose St. Pierre, mère de Kennedy. « Quand j’ai appris la nouvelle de son succès vendredi, je n’ai pu contenir ma joie. Notre famille est nombreuse, avec huit enfants et Kennedy nous a fait honneur. C’est également une victoire pour Rodrigues, d’où nous sommes originaires. »
Le comité d’accueil est également constitué du ministre Devanand Ritoo et de ses principaux lieutenants, des membres du Kop Maurice et de Giandev Moteea, président du Club Maurice. Le premier nommé qualifie volontiers cette prestation « d’exploit sans précédent. » Et d’ajouter : « Justice a été fait, après le triste épisode des Jeux des îles. En toute humilité, les boxeurs ont su se ressaisir pour mieux rebondir. Mon ministère a également joué le jeu en mettant des facilités à leur disposition. » Le ministre de la Jeunesse et des Sports s’élèvera également contre les fédérations qui se sont servies du MJS comme bouc émissaire pour expliquer leur échec des JIOI.
L’ambiance sera à son paroxysme avec l’arrivée des boxeurs et des dirigeants. St. Pierre et Julie seront portés en triomphe. Ce qui ne sera pas le cas pour Richarno Colin qui se déplace à l’aide d’une béquille. Blessé au plat du pied lors de la demi-finale, il a subi une radio en Afrique du Sud et une légère fracture a été constatée. Toutefois, l’aîné des frères Colin devrait être récupérable pour les championnats du monde prévus dans une dizaine de jours.
Heureux de retrouver sa fille Olympia, Bruno Julie avoue son bonheur d’avoir enfin pu vaincre le signe indien pour ses derniers Jeux d’Afrique. « À 8-8 au coup de gong final, je savais que je l’avais emporté étant donné que j’avais le plus attaqué. J’ai donc pu parvenir à mes fins lors de ces Jeux d’Afrique et je remercie tous ceux qui m’ont encouragé et aidé. »
Cette même satisfaction est exprimée par Kennedy St. Pierre. « Je ne me suis jamais découragé depuis les Jeux des îles et le fait d’avoir battu un Seychellois lors des Jeux d’Afrique m’a procuré beaucoup de bonheur. Je suis heureux de cette nouvelle médaille d’or africaine et il faut maintenant penser aux championnats du monde. »
Reste que pour le Directeur technique national, Jean-Claude Nagloo, cette prestation ne constitue nullement le fruit du hasard. « C’est un travail d’équipe et de longue haleine qui a été récompensé. La boxe mauricienne vit de nouveaux moments de gloire. »
Quant à Rajiv Rajcoomar, président de l’Association mauricienne de boxe, il se dit satisfait d’avoir tenu parole. « J’avais déclaré que nous ne reviendrons pas bredouilles. C’est chose faite. Cette performance est dédiée au Premier ministre, lui-même un fan de boxe, à tous les entraîneurs régionaux, à nos partenaires et à tous ceux qui ont cru en nous et à notre vision. »
L’euphorie terminée, les projecteurs sont déjà braqués vers un nouvel objectif, soit la qualification olympique à travers les championnats du monde. Le noble art mauricien sera alors en quête de nouveaux exploits.