Cinq cyclistes feront le déplacement pour Maputo dans le cadre des Jeux d’Afrique, soit Yannick Lincoln, Pascal Ladaub, Yolain Calypso et Hugo Caëtane en masculin et Aurélie Halbwachs en féminin. C’est la première depuis l’édition 1995 à Harare au Zimbabwe que le cyclisme mauricien est aussi bien représenté à cet événement. L’équipe qui est accompagnée de l’entraîneur José Achille et du dirigeant Hans Brasse, part motivée. En masculin, ils profiteront de leur forme actuelle pour réaliser un bon résultat, tandis qu’en féminin, Aurélie Halbwachs aura une belle carte à jouer.
Nos représentants s’aligneront aux trois épreuves chez les hommes, soit le contre-la-montre individuel le 7, le contre-la-montre par équipes le 9 et la course en ligne le 11. Quant à Halbwachs, elle sera en action lors de la première et de la dernière épreuve.
José Achille est assez embêté par le fait qu’il ne détient que très peu de détails concernant les différentes épreuves au programme. Selon les renseignements qu’il a pu glaner, le CLM féminin sera long de 13 km, celui des hommes, 26 km, alors que l’épreuve par équipes se disputera sur 52 km. Pour ce qui est des courses en ligne, les dames auront 58 km à parcourir et les hommes, 145 km.
Mais il garde confiance en son groupe. « Nous partons lundi (demain) au lieu de mardi pour être sur place deux jours avant la première course. Ce qui nous donnera le temps d’effectuer la reconnaissance des parcours », lâche-t-il. « Les coureurs se rendent à Maputo sur leur condition actuelle qui est bonne. Ils ont fait un bon Tour de Maurice et sont donc bien préparés. Mais il faut s’attendre à ce que les adversaires soient bien plus coriaces. Yannick (Lincoln) a les armes pour réaliser quelque chose de bien. Pour ce qui est du CLM par équipe, il y a un changement par rapport aux Jeux des îles de l’océan Indien, Hugo (Caëtane) remplace Mike (Chong Chin) mais je ne pense que cela posera problème vu que Hugo a toujours travaillé avec les autres cet exercice. Il y aura juste à effectuer quelques réglages. Pour ce qui est de la course en ligne, tout dépendra du profil, de la distance et des adversaires. Les coureurs doivent demeurer vigilants et se glisser dans les échappées », explique l’entraîneur.
Concernant Aurélie Halbwachs, José Achille dira qu’elle aura une belle carte à jouer. « Aurélie a fait un bon Tour de Maurice et possède une bonne condition. Elle est efficace en CLM et peut réaliser un bon résultat. En course en ligne, cela dépendra des forces en présence mais vu qu’Aurélie connaît bien le circuit africain, je pense que tout ira bien pour elle », observe-t-il.
Le chef de file de la sélection mauricienne, Yannick Lincoln, avait bien figuré lors de la précédente édition en Algérie, il y a quatre ans. Avec son coéquipier Thomas Desvaux, ils n’avaient été battus que dans le sprint final de la course en ligne et avaient pris les 6e et 7e places.
« Thomas et moi avions fait la course devant et ils nous a manqué un peu de chance. Nous avions été rattrapés pas loin de la ligne et réglés au sprint. Cette fois, il faudra voir qui sont les coureurs figurant sur la feuille de départ et la topographie de la course », indique Lincoln.
Avec une équipe bien en jambes autour de lui, Lincoln sera sans doute plus à même de réaliser quelque chose de bien. Dans le contre-la-montre par équipes déjà, les Mauriciens pourraient bien se signaler si les conditions sont réunies. « Il est un fait que l’équipe marche fort depuis les Jeux des îles et qu’il existe comme un sentiment d’invincibilité. Mais il faut tout de même se dire que la plupart des sélections nationales africaines sont désormais professionnelles à l’image du Rwanda, du Kenya, du Maroc. Sans compter l’Afrique du Sud et l’Erythrée », analyse le triple vainqueur du Tour de Maurice.
Sur le contre-la-montre individuel, Lincoln aura l’occasion de mesurer son niveau par rapport aux spécialistes des autres nations. Il aura peut-être davantage de chances de bien figurer car, de son propre aveu, aux Championnats d’Afrique, cela devient plus difficile année après année de se faire une place au soleil. Il faudra donc se transcender, mais avec l’état d’esprit qui est celui des Mauriciens en ce moment, on peut se permettre d’espérer.
Aurélie Halbwachs déclare, pour sa part, avoir utilisé le Tour de Maurice comme préparation. « Le Tour m’a mis dans un bon rythme. Courir contre les garcons oblige à se faire violence et ma forme est plutôt bonne. Avant cela, je me suis entraînée toute seule en suivant un programme de Bertrand Carabin. Je vais aux Jeux pour faire le maximum mais je ne sais pas quelles adversaires je vais retrouver. Les Sud-Africaines seront certainement en nombre et ce ne sera pas facile pour moi vu qu’elles ont un niveau mondial désormais », confie-t-elle.
Mais la Mauricienne espère faire mieux qu’en 2007 à Alger quand elle avait fini 5e de la course en ligne. « Les Jeux de 2007 sont un de mes plus mauvais souvenirs de ma carrière cycliste. Je n’avais pas la possibilité de sortir du Village des Jeux pour m’entraîner, les conditions étaient très difficiles. Au final, j’avais pris la cinquième place de la course en ligne. Cette fois, je ferais tout pour monter sur le podium », avoue notre interlocutrice.