La deuxième édition des Jeux d’Afrique de la Jeunesse se déroulera en mai prochain, plus précisément du 22 au 31 mai prochain. Quatre ans après le Maroc, ce sera au tour du Botswana d’accueillir cet événement, notamment à Gaborone, sa capitale. Ce que nous pouvons retenir de ces deuxièmes Jeux qu’organisera l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), c’est qu’ils seront qualificatifs pour trois des 22 disciplines inscrites au programme. En effet, les vainqueurs en athlétisme, en natation et en basket-ball à trois valideront leurs tickets pour les Jeux olympiques de la Jeunesse prévus du 16 au 28 août, à Nankin en Chine.
Dans trois mois et quelques jours, la République de Maurice participera à la deuxième édition des Jeux d’Afrique de la Jeunesse, à Gaborone, au Botswana. Une compétition qui revêt  toute son importance dans la mesure où elle est réservée aux jeunes de moins de 18 ans. Des jeunes qui seront ensuite appelés à défendre les couleurs locales lors des compétitions internationales seniors, mais aussi aux 9es Jeux des Îles de l’océan Indien, prévus l’année prochaine, à l’île de La Réunion.
Pour cette deuxième édition des Jeux Africains de la Jeunesse, Maurice sera représentée dans onze disciplines, à savoir l’athlétisme, le badminton, le basket-ball, la boxe, l’haltérophilie, le judo, la natation, le tennis, le tennis de table, le triathlon et le volley-ball. Soulignons que ce sont les filles qui seront en action en volley-ball, alors que la compétition de basket-ball se disputera à trois et non à cinq.
Comme indiqué plus haut, ces Jeux Africains de la Jeunesse seront même très importants pour les athlètes évoluant en athlétisme, en natation et en basket-ball. Car les différents vainqueurs seront directement qualifiés pour les Jeux olympiques de la Jeunesse. C’est dire que ceux concernés auront à travailler très dur, afin de tenter une qualification olympique, à Gaborone. Pour en revenir aux Jeux Africains, Maurice possède quelques belles cartes dans cette compétition. A titre d’exemple, la Fédération mauricienne de Natation, l’Association mauricienne de Badminton, aussi bien que la Fédération mauricienne d’Haltérophilie, peuvent s’appuyer sur quelques bons éléments pouvant faire honneur au pays.
D’autre part, la date limite pour les entrées et l’envoi des accréditations ont été fixées au 28 courant. Selon Vivian Gungaram, secrétaire-général du Comité olympique mauricien (COM), une rencontre a déjà eu lieu avec les représentants des fédérations concernées par ces Jeux, le 7 février au siège du COM, à Port-Louis. « Toutes les informations ont été communiquées aux fédérations, y compris les règlements techniques et le nombre de participants par discipline », a-t-il déclaré.
Vivian Gungaram a ajouté que certaines fédérations ont fait des propositions pour que le nombre de participants soit revu à la hausse, notamment le triathlon (quatre athlètes au lieu de deux), natation (huit nageurs au lieu de quatre), tennis et badminton (quatre au lieu de deux). La Fédération mauricienne de Basket-Ball a, elle, demandé que la sélection nationale féminine puisse aussi participer à ces Jeux.
Le vice-président du COM a précisé que ces demandes ont été soumises à Samoo Pillay du ministère de la Jeunesse et des Sports le 9 février. Ce dernier, a-t-il souligné, est le représentant du MJS au sein du comité responsable de ce dossier des Jeux d’Afrique de la Jeunesse. Le rapport de la réunion du 7 février a aussi été soumis à Samoo Pillay, a indiqué Vivian Gungaram. A noter que la chef de mission sera Aarti Gulrajani-Descann.