En 2011, alors qu’il n’avait que 18 ans, James Kennedy St Pierre remportait la médaille d’or aux championnats d’Afrique à Yaoundé au Cameroun avant d’en faire autant, quelques mois plus tard, aux Jeux d’Afrique à Maputo, au Mozambique. Par la suite, cela a été la longue traversée du désert avant la renaissance cette année, avec cette place en finale de la catégorie des -81 kg aux Jeux du Commonwealth à Glasgow en Écosse.
En octobre prochain, le 23 pour être plus précis, Kennedy St Pierre fêtera ses 21 printemps. Et pourtant, il compte déjà deux titres de champion d’Afrique et une finale aux Jeux du Commonwealth. Malheureusement pour lui, il n’a pas été en mesure de remporter la médaille d’or, en 2011 toujours, lors des Jeux des îles de l’océan Indien, aux Seychelles. Il avait alors remporté l’argent en boxant face au Seychellois Kitson Julie dans la catégorie des -69 kg. C’était tout juste après la défaite de Bruno Julie face au Seychellois Andrique Allisop. Une défaite qui, rappelons-le, avait été suivie d’une longue contestation.
Depuis, cela a été la galère, puisqu’à un moment donné Kennedy St Pierre n’a pris ses distances du noble art. Certains avancent qu’il avait pris la grosse tête, alors que d’autres le qualifie d’indiscipliné. Lui évitait souvent la question et ne répondait pas à ces critiques. Non pas qu’il approuvait, mais tout simplement que c’était sa façon à lui de manifester une certaine incompréhension de sa personne. Mais une chose est sûre : James Kennedy St Pierre est taillé d’un autre métal. Car combien de boxeur aurait pu monter en deux fois de catégorie et avoir autant de succès ? Pas beaucoup. Et pourtant, le boxeur de Tranquebar a triomphé chez les -69 kg, puis chez les -75 kg et actuellement chez les -81 kg.
Plusieurs mois d’arrêt
Depuis ses succès de 2011, Kennedy St Pierre a traversé beaucoup d’épreuves. Il a même arrêté pendant une année et beaucoup se souviendront de son éternel sourire, en cette période, sur le front de mer de Port-Louis. Non pas pour prendre du bon temps, mais pour travailler comme agent de sécurité. Il y avait définitivement quelque chose qui ne collait pas avec le personnage. Mais pendant cette période difficile, une personne n’a jamais cessé de croire en lui, voire dans son énorme potentiel. Cet homme, respecté par ses pairs, n’est autre que celui qui a guidé les premiers pas de  St Pierre. Il s’agit de l’entraîneur Gaëtan Runghien. Lui n’a jamais baissé les bras et a fait ce qui était en son pouvoir pour convaincre le boxeur de remettre les gants.
C’est chose faite depuis le début de l’année et lors des championnats nationaux,  Kennedy St Pierre a été expéditif en finale avant de briller au tournoi de la zone 4 en Afrique du Sud avec une médaille d’or. Il a ensuite participé à un stage à Cuba et accédé en demi-finale du tournoi d’Angoulême en France. Avant de mettre le cap sur Glasgow, il était avec l’équipe nationale à Sheffield en Angleterre pour peaufiner sa préparation. À voir ses performances, on peut dire que sa préparation effectuée à l’étranger au cours de ces dernières semaines lui a fait le plus grand bien.
Pour conclure, Kennedy St Pierre a été intraitable lors de ces Jeux du Commonwealth en gagnant dès les huitièmes de finale après avoir été exempté des seizièmes. Il a battu aux points (3-0) le Ghanéen David Akankolim avant de s’imposer par K. -O au premier round en quarts de finale face à l’Australien Jordan Samardali. Vendredi soir, il a gagné au troisième round par jet de l’éponge à la troisième reprise face au Gallois Nathan Thorley. Une belle performance qui confirme que Kennedy St Pierre possède bel et bien l’étoffe d’un grand champion. Et ce n’est certainement pas Gaëtan Runghien qui nous dira le contraire.