Abonnée aux médailles d’argent lors des championnats d’Afrique (3 en seniors et 1 en juniors), la judokate Christianne Legentil s’est cette fois retrouvée sur la deuxième marche du podium lors de cette huitième édition des Jeux de la Francophonie. Une deuxième médaille dans le camp mauricien, après celle de bronze décrochée par Bernard Baptiste au lancer du poids dimanche. Cet après-midi, l’autre judokate mauricienne Sarah Sylva dispute son premier combat chez les -57 kg face à la Malgache Fanjarina Rabeariniaina.
En action chez les -52 kg, Christianne Legentil a pris la mesure de la Haïtienne Sabiana Anestor lors des éliminatoires en s’imposant par ippon après 1’06 de combat. Face à la Luxembourgeoise Kim Eiden, l’opposition était plus coriace, mais elle faisait tout de même la différence par wasa-ari afin d’atteindre les quarts de de finale. À ce stade de la compétition, elle ne laissait aucune chance à l’Ivoirienne Salimata Fofana en réalisant ippon après 47″ d’engagement. Sur la route du podium, elle repoussait le challenge de la Suissesse Tamara Silva, également par ippon, s’ouvrant ainsi la porte de la finale. Mais voilà, la Kosovare Distria Krasniqi s’avérait trop forte en s’imposant par ippon après 1’39 de combat.
Les combattantes du Kosovo ne réussissent pas à Christianne Legentil qui, pour rappel, s’était inclinée face à l’éventuelle médaillée d’or Majlinda Kelmendi en quarts de finale des Jeux Olympiques de Rio. Néanmoins, la judokate d’origine rodriguaise ne pouvait cacher sa satisfaction. « Je suis très fière de moi. Les Jeux de la Francophonie, c’est grand pour nous », a-t-elle révélé à la presse étrangère à l’issue de son combat. Et d’ajouter sur sa page Facebook : « Hard work beats talent everytime. » Peut-il en être autrement pour une judokate qui avait connu des moments pénibles voilà deux ans suite à une rupture des ligaments croisés du genou. Une grave blessure qui l’avait alors privée des derniers Jeux des îles et des championnats du monde au Kazakhstan.
Éloignée des tatamis pendant six mois, Christianne Legentil a su trouver la lumière au bout du tunnel. Et ce, grâce au soutien de ses proches. Âgée de 25 ans, la sportive de l’année 2014 revient donc au premier plan. « C’est une grande combattante, toujours déterminée. Elle aime travailler », relate l’entraîneur Anom Petrapermal, qui se trouve à ses côtés à Abidjan. Forte de cette médaille d’argent, elle se veut désormais plus ambitieuse. Soit réaliser une honnête prestation aux prochains championnats du monde à Budapest à la fin du mois prochain, décrocher sa qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 et évoluer dans un nouveau club en France.
Cette médaille d’argent fait également la fierté de Rodrigues suite à la prestation de Bernard Baptiste. Cette petite île regorge de talents à coup sûr et il ne fait pas de doute que d’autres talents émergeront, si les moyens adéquats lui sont accordés. Pour en revenir à la compétition des -52 kg, il est à noter que Distria Krasniqi avait auparavant disposé de Djamila Silva du Cap Vert et de Chrisitine Ada du Gabon. Quant aux médailles de bronze, elles sont revenues à la Suissesse Tamara Silva et à la Marocaine Ikram Soukate.