Les Jeux olympiques 2020 seront organisés à Tokyo du 24 juillet au 9 août. © CHARLY TRIBALLEAU / AFP

La situation plus compliquée cette fois d’où la question de savoir si la barre des 8 qualifiés de 2016 sera franchie

Yannick Lincoln et Jonathan Drack avaient validé leurs qualifications avec une année d’avance pour les JO de Rio

Maurice est en retard par rapport aux qualifications, en vue des Jeux olympiques prévus l’année prochaine (24 juillet au 9 août 2020) à Tokyo, au Japon. Comparativement à 2016 où Yannick Lincoln et Jonathan Drack avaient déjà validé leurs billets avec une année d’avance, cette fois, Maurice n’en compte aucun, alors que nous sommes à neuf mois seulement de la tenue du plus prestigieux des événements sportifs planétaires. Maurice sera-t-elle capable d’aller chercher les huit qualifications comme en 2016 ? Tout porte à croire que ce sera plus compliqué cette fois et ce, même si les chances sont toujours possibles.

Ils étaient 12 sportifs, en 2016, à avoir participé aux Jeux olympiques. De ce groupe, huit avaient passé les épreuves qualificatifs, alors que les autres avaient tous bénéficié d’une invitation. À l’époque, Yannick Lincoln avait été le premier à se qualifier après une sixième place aux Championnats d’Afrique de VTT, tenus au Rwanda, en mai 2015. Deux mois plus tard, c’était au tour de Jonathan Drack de lui emboîter le pas en validant sa qualification au triple saut.

À neuf mois de l’événement toutefois, le compteur mauricien est toujours resté bloqué à zéro et tout porte à croire que les choses risquent d’être plus difficiles cette fois. À commencer par l’athlétisme où c’est désormais le ranking de l’International Association of Athletics Federation (IAAF) qui est pris en considération avant de passer ensuite à des minima beaucoup plus relevés, qu’en 2016 (voir plus loin).
Les boxeurs bien placés

Dans ces conditions donc, quelles sont les réelles chances de qualification pour les Mauriciens ? À ce jour, il faudra compter avec l’Association mauricienne de Boxe (AMB), qui a déjà fait un tri de quatre boxeurs pour disputer la première phase qualificative prévue du 20 au 29 février prochain au Sénégal. Ces derniers sont Richarno Colin (-63 kg), Merven Clair (-69 kg), Jean-Luc Rosalba (-75 kg) et Kennedy St Pierre (-91 kg). 22 places seront à prendre lors du tournoi au Sénégal et hormis les catégories de 91 kg et des +91 kg où deux tickets seulement seront alloués, trois places seront à prendre dans chacune des autres catégories (52 kg, 57 kg, 63 kg, 69 kg, 75 kg et 81 kg).

En se basant sur les derniers résultats des Jeux d’Afrique au Maroc où Merven Clair et Richarno Colin avaient décroché l’or et l’argent respectivement, il y a des raisons d’y croire. Idem pour Jean-Luc Rosalba et Kennedy St Pierre. Sans compter que l’AMB a prévu deux camps d’entraînements intensifs d’un mois chacun (Europe et Cuba), afin de mettre ses boxeurs dans les meilleures conditions. Ces derniers ont d’ailleurs intérêt à saisir leurs chances au Sénégal. Car au cas contraire, ce sera très difficile d’aller prendre des billets à Paris (France) où les places seront très chères, étant donné que cette dernière phase qualificative sera disputée sur une base mondiale.

Hormis la boxe, qui sont ceux pouvant sauvant la mise à Maurice ? A ce jour, ils ne sont pas nombreux, mais les chances les plus probables demeurent l’haltérophile Roilya Ranaivosoa et la badiste Kate Foo Kune. Cette dernière, porte-drapeau de Maurice aux JO de Rio, a annoncé vendredi dernier, sa levée de suspension par la Badminton World Federation faisant suite à un contrôle positif en avril dernier. Le champion olympique junior (2018) en canoë-kayak, Terence Saramandif, reste aussi en quête de points, au même titre que le badiste Julien Paul et les judokas Christianne Legentil, Priscilla Morand et Rémi Feuillet.

À noter que les huit qualifiés de Rio 2016 étaient Yannick Lincoln (VTT), Jonathan Drack, David Carver (athlétisme), Merven Clair, Kennedy St Pierre (boxe), Kate Foo Kune (badminton), Christiane Legentil (judo) et Fabienne St Louis (triathlon). Roilya Ranaivosoa (haltérophilie), Aurélie Alcindor (athlétisme), Bradley Vincent et Heather Arseth (natation) avaient eux bénéficié d’une invitation.