Après les éliminations des athlètes mauriciens à ces Jeux de Rio, surtout celle du boxeur Kennedy St Pierre sur qui reposait un espoir de podium, les yeux sont désormais rivés sur le spécialiste du triple saut, Jonathan Drack. Ce dernier sera engagé, demain à 16h30, au stade olympique de Rio avec pour objectif d’aller chercher une place en finale. Ce qui sera déjà une grosse performance pour le Mauricien. Aurélie Alcindor prendra elle part aux séries du 200m qui débutent à partir de 16h35, alors que le marathonien David Carver sera en compétition, dimanche prochain, à 16h30.
La dernière chance de voir un Mauricien disputer une finale olympique repose désormais sur les épaules du sauteur Jonathan Drack. Pour cela, il faudra impérativement passer les qualifications en trois essais afin de sortir des poules A ou B. À hier après-midi lorsque Week-End l’a contacté à Rio, Jonathan Drack ne savait toujours pas contre qui il allait concourir. « Ce que je sais, c’est que la barre fixée pour aller en finale est de 16m95 », a déclaré, le détenant du record national à 16m96, établi en juillet dernier en France. Aux Jeux des Îles de l’océan Indien de l’année dernière à La Réunion, il avait remporté l’or avec une performance de 17m05, non homologué toutefois en raison d’un vent trop favorable.
Jonathan Drack a ajouté que son objectif annoncé depuis plusieurs mois reste le même, soit atteindre une finale olympique et surtout sauter au-delà des 17m. Ce qui sera pour lui une grande réalisation dans sa carrière. « Mon objectif n’a pas changé. L’important c’est de réaliser de bons sauts lors des qualifications. Je suis confiant et je crois en mes capacités. Il faudra procéder par étape, rester très concentré et ensuite réaliser l’impossible qui est de décrocher une place pour la grande finale », a-t-il expliqué.
Selon lui, les Jeux olympiques, dont il est à sa toute première participation, demeurent un événement très spécial dans la carrière de tout athlète. « Des moments comme cela vous transcendent. Dès fois, cela peut aussi être l’inverse et on peut passer à côté. C’est pourquoi je dis qu’il faut rester concentrer du début à la fin. Moi, j’adore les moments pareils. Cet esprit olympique me motive. Être en compétition dans une telle ambiance ne peut que m’aider à me surpasser », a-t-il fait remarquer.