Depuis samedi, Maurice compte une qualifiée de plus pour les Jeux Olympiques de Londres. La cycliste Aurélie Halbwachs a obtenu sa qualification après une attente qui aura duré longtemps. Maintenant, elle sait qu’elle sera bien sur la ligne de départ de la course en ligne des JO.
La Mauricienne sera opposée à 66 autres cyclistes venues de tous les pays du monde. « C’est une fierté que de pouvoir représenter Maurice à ce niveau », sourit Aurélie Halbwachs. Pourtant, avant de savoir qu’elle allait effectivement faire les Jeux, il y a eu le stress. « J’attendais la publication de la liste. Normalement, la date était vendredi. Mais c’est tard vendredi que l’UCI a publié les noms. »
Aurélie Halbwachs a été retenue à suite de calculs effectués par l’Union cycliste internationale (UCI). Ainsi, cinq pays se retrouvent avec quatre places (Grande-Bretagne, Pays-Bas, Allemagne, Italie, Etats-Unis). Huit autres se retrouvent avec trois places (Australie, Belgique, Brésil, Canada, France, Afrique du Sud, Russie, Suède).
23 autres nations complètent la liste des 67 participantes pour la course en ligne (Azerbaïdjan, Belarus, Chili, Chine, Taï-Peï, Cuba, Salvador, Estonie, Finlande, Hong-Kong, Japon, Corée, Lituanie, Luxembourg, Maurice, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pologne, Slovénie, Thaïlande, Ukraine, Venezuela).
Alors, se retrouver sur la même ligne de départ que tout ce petit monde est un sentiment à part entière. Même si elle sait qu’elle ne pourra pas forcément rivaliser avec elles, puisque les meilleures mondiales seront là. « J’ai déjà couru avec certaines d’entre elle. Cette fois, elles ne seront pas là pour préparer un objectif. Mais elles seront déjà à leur meilleur niveau », affirme la cycliste. L’important sera de terminer sa course. « Aux JO, c’est 140 km. » L’objectif, alors, sera de faire mieux qu’en 2008. « C’est vrai que depuis 2008 j’ai plus d’expérience. »
Alors, pour préparer la course, elle s’alignera avec les garçons à Maurice, puis se rendra en France au mois de juillet. Elle y rejoindra son équipe, Vienne-Futuroscope, avec qui elle disputera le Tour du Limousin du 18 au 22 juillet. « Tout cela fera partie de ma préparation pour les Jeux. »
Puis, après le Tour du Limousin, un petit passage chez Bertrand Carabin pour les derniers réglages, et direction Londres. Elle y va pour repérer le parcours. « Ce n’est pas un circuit. Ce sera donc assez compliqué », estime-t-elle.
Même si elle va concourir contre les meilleures mondiales, elle ne ressent pas de pression particulière. « Il y aura certes le stress d’avant-course, mais en comparaison aux filles comme Emma Johansson qui a des chances de gagner, je n’ai pas de pression. »
Pour elle qui n’a rien à perdre, il lui faudra faire deux choses. « Je devrai tout donner pour rester dans le peloton et faire le maximum pour ne pas avoir de regrets. » En attendant, elle savoure sa qualification à Maurice.