Dominique Filleul (à droite) présidera le comité d’Horizon Paris 2024 et aura le soutien de Philippe Hao Thyn Voon (au milieu) et de Stephan Toussaint

Le lancement du projet Horizon Paris 2024 a été effectué hier soir au complexe sportif de Côte d’Or. Cette initiative a pour but d’encadrer et d’accompagner les meilleurs athlètes mauriciens vers les Jeux Olympiques 2024 qui se tiendront du 26 juillet au 11 août à Paris en France. Afin que ce projet puisse être une réussite et que les sportifs aient les meilleurs moyens possible, le comité directeur a lancé un appel aux sponsors.

Ils seront une vingtaine de sportifs à être appelés pour faire partie du projet Horizon Paris 2024, qui a comme slogan « On Prend le Paris ». Le ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, en collaboration avec le Trust Fund for Excellence in Sports (TFES), a souhaité réaliser ce programme afin que dans quatre ans un Mauricien puisse monter sur le podium olympique comme cela fut le cas de l’ancien boxeur Bruno Julie en 2008 à Pékin en Chine.

Ce projet aura à sa tête Dominique Filleul. « II a pour but de soutenir, d’aider et de rendre un maximum de service aux sportifs qui composeront l’aventure de Paris 2024. Nous aurons un seul but, ramener l’or. Certains diront que c’est impossible, mais nous avons un objectif et tous ensemble nous pouvons le réaliser. Nous aurons besoin du soutien de tout le monde, ainsi que du secteur privé afin que ce projet puisse être une réussite », a fait ressortir l’ancien directeur technique national de handball.

Depuis 2019, ce comité directeur a demandé aux différentes fédérations mauriciennes de soumettre les noms des sportifs ayant la possibilité de participer aux JO 2024. Les critères sont simples. Si les principaux acteurs ne se sont pas imposés sur le continent africain, la demande de la fédération sera automatiquement rejetée, ce qui réduira le nombre de sportifs dans ce projet. « Tout d’abord, je dois féliciter le ministère pour cette initiative pour Paris 2024, car cela représente un plan de travail de quatre ans. Cela demandera beaucoup de sacrifices et dans cet élan, nous donnons l’autorisation d’inclure les anneaux des JO dans le logo du projet », a de son côté déclaré Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien.

Toutefois, même si le projet comprend en grande partie l’aspect sportif, les différents athlètes seront également suivis pour un programme académique, pour qu’après leur carrière ils puissent évoluer correctement dans le milieu professionnel. « Ce n’est plus un secret que la préparation d’un sportif a son coût, soit environ Rs 1,2M par année. De ce fait, j’espère que les différents sponsors, comme on a pu le voir aux Jeux des îles de l’océan Indien, viendront aider ce projet, pour qu’à la fin nous puissions avoir d’autres médaillés olympiques », a soutenu Stephan Toussaint, ministre des Sports.