À 28 ans, Fabienne St Louis est à sa deuxième participation aux Jeux Olympiques. Le 20 août prochain, elle s’élancera sur la plage de Copacabana pour les 1 500 m de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied avec le dossard 45 sur le dos. La triathlonienne mauricienne a à coeur de briller, voire faire mieux qu’en 2012 aux J.O de Londres, où elle avait terminé à la 42e place sur 55 concurrents. Mais la tâche ne s’annonce guère facile surtout après ses récents pépins de santé.
En effet, en juin dernier, Fabienne St Louis a été opérée d’urgence. Cette opération l’a contrainte à renoncer à sa participation aux championnats d’Afrique de triathlon à Bloemfontein en Afrique du Sud et a freiné également ses préparations en vue de ces J.O 2016 qui pourraient bien être ses derniers. Même pendant sa convalescence, la Curepipienne n’a jamais abandonné son rêve olympique. Elle est restée optimiste même éloignée des compétitions pour bon. Ce qui a causé sa dégringolade au classement. Mais finalement, avec un peu de chance, elle a pu demeurer dans les 140 premières.
Après s’être rétablie, Fabienne St Louis avec l’aide de son coach David Bardi, s’est vite remise au travail. D’ailleurs, avant qu’elle ne mette le cap sur Brésil, elle revient d’un stage de quinze jours dans les Alpes, à Pra-Loup France. Et après avoir posé ses valises à Rio vendredi dernier, il n’a pas été question de se reposer sur ses lauriers. « J’avais hâte d’y être. Je reviens tout doucement à mon meilleur niveau donc j’espère continuer mes entraînements jusqu’au 20 août avant que ne débute la compétition », a-t-elle souhaité.
Sur ces chances de médailles, elle avance avec toute honnêteté qu’elle n’en attend aucune. Face au gratin mondial, la mission en réalité est quasi impossible. Cependant, elle promet de donner le meilleur d’elle-même pour le pays tout en se faisant plaisir en prenant le départ de cette épreuve avec un seul objectif en tête : réaliser une performance honorable. Avec un peu d’espoir, un miracle est toujours possible. Mais quoi qu’il en soit, Fabienne St Louis restera une figure incontournable du triathlon sur le continent africain.
Si aujourd’hui elle en est là, c’est grâce à un passé riche en expérience. Le triathlon et elle, c’est une très longue histoire d’amour. Elle a fait ses premiers pas dans la discipline à l’âge de neuf ans. En 2007, soit à 19 ans, elle dispute des triathlons chez les juniors, les espoirs et les seniors, terminant notamment deuxième lors de deux étapes de la Coupe d’Afrique. En 2008, elle remporte le Triathlon international de Paris. En 2009, elle participe à sa première manche de Coupe du monde, à Huatulco au Mexique et termine onzième. Avec son club à l’époque, le Lagardère Paris Racing, elle remporte de nombreuses étapes du Championnat de France de deuxième division, permettant d’accéder à la première division. Et c’est alors que commence son ascension fulgurante vers les sommets dans le triathlon sur le continent africain avec des titres de championne de Maurice et d’Afrique.