Le gouvernement se propose de reprendre 211 hectares alloués à la compagnie chinoise Jin-Fei aux termes d’un lease agreement, a annoncé hier le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo. La création d’une compagnie dans laquelle le gouvernement détiendrait 80 % des actions et Jin-Fei 20 % a été proposée à une délégation du groupe chinois qui a séjourné dans l’île entre le 23 janvier et le 5 février dernier pour des discussions avec le ministère des Finances, qui attend actuellement une réponse.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a observé hier que le projet Jin-Fei est une faillite du précédent gouvernement. Depuis la conclusion de l’accord en 2009 entre le ministre des Finances d’alors et la compagnie Jin-Fei, il y a eu très peu de développement au point où Riche-Terre, qui est une location stratégique, est maintenant une ville fantôme. Le ministre a rappelé l’engagement pris durant la campagne électorale de relancer ce projet. C’est pourquoi depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement il y a eu d’intenses discussions avec les promoteurs et les autorités chinoises. Une délégation de haut niveau des promoteurs chinois a séjourné à Maurice entre le 23 janvier et le 5 février et plusieurs sessions de travail ont été organisés durant lesquelles le gouvernement a fait part de son mécontentement concernant la situation. « J’ai exprimé personnellement la volonté du gouvernement de reprendre le terrain alloué », a dit Vishnu Lutchmeenaraidoo. La proposition suivante, dit-il, a été faite à la compagnie Jin-Fei : une compagnie dans laquelle le gouvernement mauricien détiendrait 80 % des actions et la compagnie chinoise 20 % serait créée. Les investissements de l’ordre de Rs 930 millions effectués par Jin-Fei pour la création des infrastructures dont 7,47 km de route représenteraient la participation de 20 % dans cette compagnie, alors que la superficie de 211 hectares représenterait les 80 % d’actions détenues par le gouvernement.
Le bail sur les 211 hectares serait transféré dans la nouvelle compagnie. Le gouvernement se réserve le droit de faire l’acquisition du business centre, de l’entrepôt et des appartements qui ont déjà été construits par les promoteurs chinois.
Vishnu Lutchmeenaraidoo a rappelé qu’à la suite d’une action de grève lancée par 227 petits planteurs qui occupaient auparavant les terres de Riche-Terre, le gouvernement avait accepté de leur accorder une compensation totalisant Rs 70 M. Le ministre a annoncé qu’un comité présidé par le secrétaire financier a été institué pour voir comment compenser les planteurs pour le traitement injuste qu’ils ont subi. Il a fait ressortir que dans le cadre des négociations avec la compagnie chinoise, toutes les mesures ont été prises afin de ne pas perturber les excellentes relations diplomatiques entre la Chine et Maurice.