L’équipe médicale de la délégation mauricienne a fonctionné à plein régime depuis le début des 8es Jeux des îles, à en croire le responsable, le Dr Khemraj Dassyne. Celui-ci se réjouit toutefois qu’il n’y ait pas eu à déplorer des problèmes de santé graves chez les athlètes mauriciens. Ce sont 14 personnes qui ont composé cette équipe médicale qui comprenait deux médecins, des physiothérapeutes, des masseurs et des infirmiers.
Dès son arrivée au Village des Jeux, l’équipe dirigée par le Dr Dassyne avait converti les appartements qui lui avaient été alloués en unité médicale. « Nous avons fait des consultations, de la physiothérapie, des massages, bref, tout ce dont les athlètes avaient besoin. Nous étions aussi venus aux Seychelles avec un arsenal de médicaments. Nous pouvions donc faire face à toutes les éventualités », indique le Dr Dassyne.
Ce dernier déclare que la majeure partie des problèmes de santé dont ont souffert les athlètes mauriciens étaient sans gravité. « Les athlètes souffraient des blessures habituelles qu’ils avaient contractées lors des entraînements ou en match. Nous leur avons prescrit ainsi des anti-inflammatoires et des analgésiques. Les seuls cas un peu plus graves ont été deux luxations du coude, un en volley-ball et l’autre en judo. »
Des massages étaient pratiqués sur les athlètes pour leur permettre de bien récupérer après leurs compétitions. Le responsable de l’équipe médicale précise qu’un agent sanitaire passait tous les jours au Village des Jeux pour s’enquérir de la situation. « Il demandait un compte-rendu de ce qui s’était passé, s’il y avait eu des cas de diarrhée, de fièvre ou autre. Mais il faut dire qu’au niveau de l’alimentation au Village, il n’y avait pas de raisons de se plaindre. Il y a eu très peu de cas d’intoxication alimentaire », note le Dr Dassyne.
Pour la première fois, l’équipe médicale comprenait un Sports Therapist. Il s’agissait de Dev Deerpaul, qui nous explique que son rôle consistait à aider les athlètes dans leur préparation mentale. « Au fait, j’avais débuté ce travail avec eux avant même que nous n’arrivions aux Seychelles pour les Jeux. L’athlète bénéficiait d’un traitement personnalisé qui aidait à booster son moral. Il est vrai que l’entraîneur a la responsabilité de préparer mentalement son athlète, mais le fait d’avoir une personne extérieure qui complète cet exercice est bénéfique. Quand l’athlète se sent écouté et pris en considération, une énergie positive se crée en lui. »
Le physio Mohammad Hashmee Sumser explique quant à lui que son rôle le plus important était de préparer l’athlète avant l’effort. « Il est essentiel d’aider l’athlète à pratiquer des étirements afin qu’il ait plus de flexibilité au niveau de ses muscles. Il faut aussi soigner les tendinites car on sait que les tendons sont mis à rude épreuve lors des compétitions », dit-il.
Le Dr Dassyne fait ressortir que c’est un travail d’équipe qui a été effectué dans le but d’aider les athlètes au maximum. « L’équipe a apporté sa collaboration pour aider les athlètes à aller vers la victoire. »
Le responsable de l’équipe médicale ajoute que le travail ne prendra pas fin avec les Jeux des îles. « Il faudra assurer le suivi médical des athlètes. Ceux qui se seront blessés devront continuer leur traitement afin d’être en mesure de reprendre la compétition le plus vite possible », déclare-t-il.
Comme quoi, être aux petits soins avec les athlètes, c’est un job à plein temps !