Dix-neuf ans après, les Jeux reviennent là où tout a commencé, à La Réunion, les Comores n’ayant pas été en mesure d’accueillir la compétition. Dans toutes les îles, on se souvient des débuts avec nostalgie tandis qu’une nouvelle génération s’installe dans le Village des Jeux. Ces 5e JIOI annoncent une nouvelle manière de faire. Les délégations sont désormais plus nombreuses et le niveau des sportifs s’est retrouvé grandement amélioré. En 1979, l’organisation des Jeux avait nécessité Rs 12 millions; cette année, le budget est passé à Rs 229,600,000. On parle désormais de stratégie, de politique, de polémique. Mais une fois le signal de départ donné, l’esprit des Jeux reprend le dessus.
Le 16 août, alors qu’une belle cérémonie clôture la rencontre sportive interîles, Maurice est satisfaite de son bilan. Notre grande fierté se nomme Kamil Patel. Le tennisman a remporté la finale dans sa discipline. Patrick Haberland et Kemraj Naiko feront également honneur au pays. Mais notre équipe de football fait pâle figure. Quatre défaites en autant de sorties. Au total, les Mauriciens ont encaissé 11 buts. L’Opposition ne manquera pas de commenter cette affaire, plaçant le ministre des Sports Navin Soonarane sur le banc des accusés.
Les prochains Jeux auront lieu en 2002 aux Comores.