Si la sélection masculine de basket-ball est confiante de pouvoir ramener une médaille de sa campagne indianocéanique à La Réunion en août prochain, force est de constater que les choses ne s’annoncent pas aussi simples qu’il n’y paraît.
Un retard accumulé depuis les derniers Jeux aux Seychelles, un manque de frottements évident, mais surtout une équipe de La Réunion qui appellera ses expatriés en renfort. Pourtant, tout le monde s’accorde à dire que les garçons peuvent ramener au moins une médaille. « L’or est hors de notre portée. Un podium est jouable », avance un brin optimiste un membre de la Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB).
Sans jouer les oiseaux de mauvais augure, il va pourtant plus loin en disant : « La seule chose dont nous ne sommes pas sûrs, c’est la couleur de la médaille. » Le DTN se veut quant à lui avant tout critique d’un système qui n’a pas favorisé l’émergence d’une élite. Une critique qu’il assène à un manque de reconnaissance de la chose sportive. « J’ai l’impression qu’on ne se rend pas compte ici de l’importance du sport ailleurs ».
Mais Charles Tassin est pourtant optimiste, avec l’idée que les basketteurs peuvent frapper un grand coup. « J’ai dit aux garçons qu’ils n’avaient rien à envier aux autres joueurs des pays de la région. Ils ont le gabarit et les connaissances nécessaires », argue-t-il.
S’ils ont toutes ces qualités, pourquoi n’ont-ils donc pu jusqu’ici vaincre le signe indien ? Une préparation trop souvent hachée, un précédent comité directeur trop longtemps tiraillé et encore ce manque de frottements obligatoire à la progression. Le technicien français a ainsi entrepris, dès son arrivée, un travail de fond, en complémentarité avec celui effectué par l’entraîneur national Mohamed Buhuri.
On se souvient que, dès sa prise de fonctions, l’ancien joueur avait soumis tout le monde au régime de la course à pied, histoire de préparer la condition physique des joueurs. « Nous avons revu les structures de travail. Nous avons aussi vu qui avait bien travaillé en amont des Jeux », explique encore le DTN.
Mais surtout, la préparation passera par une série de test-matches contre un adversaire réputé teigneux. La sélection de Mayotte est arrivée à Maurice hier après-midi et disputera quatre matches contre son homologue masculin. « Nous avons abordé la préparation en nous disant que nous devions faire le meilleur job possible à tous les niveaux ».
Charles Tassin aura d’ailleurs l’occasion de voir l’étendue du travail qui reste à faire à seulement trois semaines des JIOI, puisque les deux sélections s’affronteront à quatre reprises. Dès mercredi, une première rencontre verra Maurice défier les Mahorais au gymnase de Roche-Bois à partir de 20 heures.
Vendredi prochain, les équipes se déplaceront cette fois à Phoenix pour la deuxième rencontre. Scénario identique pour le dimanche 19, où le coup d’envoi sera donné à 16h à Phoenix. Les Mahorais boucleront leur tournée le 21 courant, avec une dernière rencontre à Phoenix en début de soirée. Parallèlement, l’équipe masculine ira en camp d’entraînement dans le Nord.
Au vu du tirage au sort assez favorable, les Mauriciens pourraient déjà se retrouver dans le dernier carré, puisqu’ils disputeront deux rencontres face à La Réunion, puis contre les Maldives. À partir de là, tout est jouable. Comme le résument si bien plusieurs personnes du giron, « la seule chose que nous ne savons pas encore, c’est la couleur de la médaille ».