Depuis hier après-midi, le Mercure Créolia Hôtel, situé sur les hauteurs de St-Denis à La Réunion, vit à l’heure de la première réunion du Conseil international des Jeux des îles (Cij). Les six pays membres de ce conseil élaborent, treize mois après les Jeux des Seychelles, sur l’organisation des 9es JIOI dans trois ans à l’île soeur.
Si on sait déjà que le Coji de La Réunion avait proposé depuis avril 2011 la tenue de ses 3es Jeux (1979, 1998 et 2015) du 8 au 16 août 2015, par contre, pour savoir le nombre de disciplines qui seront en lice pour ce rendez-vous des jeunes sportifs de la région il faudra s’armer encore de quelques heures de patience.
À l’heure nous mettons sous presse, les membres du Cij sont en conclave et les discussions risquent d’être animées. En effet, il faut savoir qu’au départ le Cros (Conseil régional olympique et sportif) de La Réunion avait proposé une liste de 23 disciplines. Rien n’est certain que toutes ces disciplines trouveront une place dans le choix final. D’autant que selon Adolphe Pépin, vice-président du Cros Réunion et qui avait présenté le dossier réunionnais en avril 2011 aux Seychelles, vingt-six disciplines sportives sont résolument intéressées à être partie prenante dans les 9es Jeux.
« Attention, rien n’est dit qu’il y aura autant de disciplines dans le programme des 9es Jeux. Au départ, si nous sommes arrivés à ce chiffre, c’est justement parce que nous avons demandé aux ligues réunionnaises de nous montrer leurs intérêts à ces Jeux. Tout le monde dit oui à notre grand étonnement. Depuis une année, nous avons beaucoup discuté au sein du Cros pour voir à la fois les contraintes financières et logistiques, de même que les disponibilités d’espaces, notamment pour l’hébergement des délégations », a soutenu hier soir Adolphe Pépin.
Le vice-président du Cros Réunion s’est même laissé aller quelque peu aux confidences pour faire comprendre que sur la liste des disciplines de départ, une bonne dizaine sera probablement évincée. D’autant que Vivian Gungaram, le secrétaire général du Comité olympique mauricien, devait faire remarquer que, désormais, la Charte du Cij fait provision que le programme des JIOI doit comprendre 80% des disciplines olympiques.
Il va sans dire que nous allons vers de rudes batailles pour le choix des disciplines, alors qu’en ce qui concerne le village des jeux il n’y aura pas de choix puisque La Réunion en prévoit deux. « On ne pourra rien faire sur cette question. Il y aura bien un village à St-Denis et un autre à St–Paul », confirme Adolphe Pépin.
Cette réunion du Cij a débuté avec un changement de direction comme le veut la coutume. La Réunion étant le pays organisateur, Jean-François Beaulieu n’est pas en mesure de se succéder à lui-même. Tout laisse croire que le choix du prochain président du Cij pourrait être le Mauricien Philippe Hao Thyn Voon. Le président du COM n’a pas caché, jusqu’ici son voeu de présider cette instance, 25 ans après feu Jean Roland Delaître. Mais sur sa route, le Seychellois Antonio Gopal fait de la résistance, tout comme le Comorien Mohamed Faharane.
Lors de cette première journée de discussion, les membres du Cij seront aussi appelés à adopter une série de quatre amendements à la Charte du Cij, qui a été travaillée en amont avec la commission juridique et développement. Des amendements qui visent à rendre le fonctionnement du Cij beaucoup plus simple.