Les athlètes de l’Aurally Handicapped Persons Sports Federation (AHPSF) se démènent tous afin d’être qualifiés pour les Jeux des îles de l’Océan Indien (JIOI) 2019. Ils sont dix handisportifs, quatre filles et six garçons, à se préparer pour deux épreuves en athlétisme : le 200 m et le saut en longueur, mais au final, seuls une fille et un garçon seront sélectionnés en pour le prochain gros rendez-vous des îles.

En effet ce sont les seules épreuves présentes sur lesquelles les sourds et malentendants mauriciens pourront s’aligner aux JIOI. L’entraîneur national, Giovanny Sylvio et ses protégés ont bien voulu confier leurs embûches rencontrées jusqu’ici mais également leurs forces et aspirations.

À vrai dire, aucune compétition majeure n’est prévue pour l’AHPSF cette année sauf quelques rencontres de préparation au niveau national. L’instance fédérale tient surtout à organiser quelques stages de détection dont un à Rodrigues. Le premier problème qui se pose dans cette préparation est de garder une équipe motivée, malgré les places restreintes pour les JIOI 2019. « Nous avons par exemple, quelques fois un très bon sprinteur aux 100 m et un autre au 200m et il faut leur faire comprendre qu’il n’y aura finalement au final qu’une place disponible à l’heure H. C’est assez difficile pour un athlète sourd à l’accepter », soutient Giovanny Sylvio.

La présélection est composée de : Avinash Luthoodoo (17 ans), Christopher Durhone (15 ans), Diano Ravina (19 ans), Risha Appadoo (18 ans), Ouveish Emmady (23 ans), Evans Moutien (17 ans), Dralène Lucie (16 ans), Shena Bhikea (22 ans), Sleysha Lockheeram (20 ans) et Vincent Duval (23 ans). Ces trois derniers ont participé aux JIOI 2011 aux Seychelles et 2015 à La Réunion.

En 2011, Vincent Duval avait réalisé un saut en longueur de 6,59 m et un chrono de 23’’71 aux 200 m. Il avait ainsi décroché deux médailles d’or en s’appropriant par la même occasion deux records nationaux sur ces épreuves. Chez les filles, Sleysha Lockheeram avait, elle, décroché l’argent aux 200 m en 2015 avec un chrono de 29’’90. Pour sa part, Shena Bhikea avait également remporté une médaille d’argent en 2015 mais au saut en longeur (4,50 m). Elle vise ni plus ni moins l’or en 2019. « Je compte atteindre les 5 m ou plus et prendre la première place sur le podium cette fois. Je dois beaucoup travailler sur mon endurance. C’était plus facile quand j’étais au collège car je m’entraînais tous les jours. Maintenant, j’ai un problème de transport pour le déplacement sur le lieu d’entraînement ce qui fait que je ne peux me préparer comme je le souhaite », fait ressortir Shena Bhikea.

En ce qui concerne ceux qui entament pour la première fois une préparation dans le cadre des Jeux des îles, l’entraîneur Giovanny Sylvio, souligne le potentiel du jeune Diano Ravina. L’athlète s’entraîne tous les jours et veut l’or aux 200 m. Il avait terminé deuxième à 0’’03 derrière Vincent Duval, le meilleur élément local jusque-là, lors d’une épreuve qualificative aux 200 m l’année dernière. « Diano Ravina a beaucoup progressé depuis. Il a aussi gagné en maturité. Il est très déterminé », rappelle son entraîneur.

Quant aux autres présélectionnés, ils ont un but en commun : le plaisir de participer aux JIOI 2019 dans un premier temps. Mais certains savent d’avance que leurs chances sont minimes. Leur passion commune les pousse à travailler dur et en équipe. « Nous voulons des médailles, des titres de champions et pouvoir un jour représenter Maurice à travers le monde », disent- ils dans une langue des signes très expressive.

Enfin Giovanny Sylvio, souligne que le manque de compétitions internationales et de certains équipements adaptés, empêchent le progrès rapide des athlètes. « Pour l’instant, ceux qui n’ont jamais participé ont du mal à se projeter dans les Jeux des îles. Les sourds ont besoin de voir cette effervescence pour vraiment comprendre. Mais je leur parle à chaque entraînement de l’importance de ces Jeux, des pays qui seront présents, d’autant que cela sera organisé à Maurice. Ce sont des athlètes formidables », conclut Giovanny Sylvio.