Les deux présélections — masculine et féminine — de basket-ball ont disputé, dimanche au gymnase de Phœnix, des test-matches contre deux formations regroupant des expatriés malgaches travaillant dans l’île. Si les deux équipes mauriciennes se sont imposées, il n’empêche que leurs prestations respectives ont mis à jour des lacunes, à presque un an des JIOI.

Hommes : progression en vue…

La victoire de l’équipe masculine (77-72) témoigne de l’acharnement dont ont fait preuve les deux formations. Les Mauriciens ont construit leur succès au troisième quart, alors que les Malgaches ont démontré sur le parquet une meilleure cohésion dans leur jeu. « Nous avions en face de nous une équipe qui a l’habitude d’évoluer ensemble. Cela a un peu joué contre nous », analyse à chaud Vincent Boitier, le sé- lectionneur national. Pourtant, face au bloc adverse, Maurice, emmenée par le duo Didier CybèleO’Brian Robette, et poussé par Jonathan Jules et Kerry Laprovidence, répond du tac au tac aux offensives malgaches. « Le secteur offensif a plutôt bien réagi. » Sauf que le secteur défensif, lui, reste perméable. « C’est notre faiblesse pour le moment », ajoute Vincent Boitier.

Mais au-delà de cette victoire, c’est surtout l’heure de tester les différentes combinaisons de joueurs. « Je constate beaucoup de choses. » Lesquelles ? « En premier lieu, la marge de progression des joueurs. » Déjà, la première chose serait d’améliorer une dé- fense parfois vacillante. « Je voulais en fait voir quelques joueurs à des postes diffé- rents. » Dans la pratique, il fait jouer Jérôme Tonta en meneur et Kerry Laprovidence en ailier fort. « J’ai compris que Tonta est meilleur en ailier et que Laprovidence reste dans son registre d’ailier fort. »

Un dernier regard forcément sur l’éventuel pivot de la sélection mauricienne, Stéphane Madelon. « Il a encore du chemin à faire », admet Vincent Boitier. « Trois quarts du chemin à vrai dire », à un an des JIOI. De quoi soulever des questions ? Il botte en touche. « Je suis satisfait de ce que j’ai vu. Je souhaitais que les joueurs entrent dans le match. Au début, nous étions un peu crispés. Mais nous y sommes parvenus petit à petit. » Comme il le dit, à un an des JIOI, la marge de progression reste encore grande. Parce que, en face, ce sera la sélection malgache. La vraie, celle-là. Et la rencontre ne sera pas amicale…