Les Comores ont fait acte de candidature pour organiser les 10es Jeux des Îles de l’océan Indien (JIOI) en 2019. Il n’empêche que ce n’est que lors de la réunion du Conseil international des Jeux, prévue pour août prochain, à l’île de la Réunion, qu’une décision sera prise quant à l’organisation de ces Jeux. A noter qu’une mission d’évaluation s’est récemment tenue aux Comores ( du 7 au 11 juin) et ce, à la satisfaction des membres du CIJ.
Après l’organisation de leurs premiers Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’océan Indien (CJSOI) en 2012, les Comores aspirent maintenant à organiser leurs premiers JIOI en 2019, soit après ceux de La Réunion en 2015. Ils avaient du reste déposé leur dossier lors de la réunion du CIJ d’octobre 2012, à l’île de La Réunion. Les Maldives avaient également fait part de leurs intentions d’organiser ces Jeux, sans pour autant présenter un dossier d’organisation à l’image des Comores.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Comores ont pris une longueur, voire plus, sur l’organisation des 10èmes Jeux en 2019. Et lors de la visite d’évaluation qui a eu lieu ce mois-ci, ceux présents aux Comores ont exprimé leur satisfaction par rapport à ce qui a été présenté en octobre dernier. Le président du CIJ, le Mauricien Philippe Hao Thyn Voon, a d’ailleurs déclaré: « A la suite de notre visite aux Comores, nous avons constaté qu’il y avait beaucoup d’envie de la part des dirigeants comoriens pour organiser les 10èmes Jeux. Il n’empêche que ce sera au CIJ de prendre une décision sur cette issue, lors de sa réunion prévue en août prochain. » A noter que les Comores ont proposé l’organisation de 14 disciplines lors de ces Jeux de 2019.
Lors de cette visite aux Comores, les membres du CIJ ont eu l’occasion de visiter les différents sites proposés par les Comoriens pour la tenue des Jeux. C’est ainsi qu’ils ont pu visiter le stade El-Hadj Mattour où sont prévues les rencontres de football et ce, en présence de la représentante du comité olympique comorien, nommément Zaharia Said Ahmed. Le stade, il convient de souligner, doit être renové, sans compter que les Comores doivent procéder à la construction d’une piste synthétique pour l’athlétisme.
A la suite de cette récente visite, il a été question que des terrains de basket-ball devront être  construits, aussi bien que des terrains de handball et de volley-ball. Les membres du CIJ ont également eu l’occasion de se déplacer sur Anjouan pour visiter le gymnase de Missiri d’une capacité de 1 000 places et qui peut abriter les compétitions des disciplines en salle. Ils se sont aussi rendus au stade de Hombo, avec une capacité d’accueil de 3 000 places, comprenant un terrain de football synthétique et une piste synthétique de six couloirs qui doit cependant être réhabilitée, afin  d’être aux normes internationales.
Visite des infrastructures existantes
Après cette visite, les membres du CIJ ont procédé, le lendemain, soir le 9 juin, à une visite des installations sportives sur la Grande Comores. C’est ainsi qu’ils se sont rendus au stade Said Mohamed Cheikh de Misamiouli qui est situé à 30 km de Moroni, un stade capable d’accueillir 2 500 personnes et respectant les normes internationales. Pour ce qui est du stade de Moroni à la capacité de 2 000 places assises et couvertes, des travaux de réhabilitation sont nécessaires. Des visites ont également eu lieu à l’INJS de Moroni, au stade Zikoumbi Iconi, au futur complexe sportif de Moroni et au Village des Jeux.
Lors de cette session de travail aux Comores, les membres du CIJ ont pris connaissance d’un projet pour la construction d’un complexe sportif de 10 000 places à Moroni. Ce qui comprend un stade, une piste synthétique, une piscine, des courts de tennis et aussi un gymnase pouvant accueillir 3 000 personnes. Les dirigeants comoriens ont indiqué qu’une première mission chinoise s’est tenue du 6 au 25 janvier dernier pour la réalisation de ce projet. Un rapport de faisabilité a même été effectué et donnera ainsi lieu à la signature d’une convention  entre le ministre des Affaires Etrangères des Comores et l’ambassadeur de la Chine aux Comores.
D’autre part, le Président de la République des Comores a affirmé l’engagement des Comores pour les Jeux des Iles depuis leur création en 1979 et confirme, en tant que Chef de l’Etat comorien, son engagement pour que ces Jeux puissent se réaliser aux Comores en 2019. Faisant part de son émotion lors des rencontres des jeunes de la CJSOI, il s’est dit très optimiste, restant persuadé que financièrement, ces Jeux et tout particulièrement les charges pour les investissements peuvent se concrétiser avec le concours de pays partenaires dont la Chine pour la construction du complexe sportif.
Plusieurs conditions à respecter
Cette volonté d’organiser les Jeux des Îles en 2019 aux Comores a été confirmée par l’ensemble des personnalités rencontrées durant le séjour de la commission d’évaluation et les membres de la commission ont pu constater l’engouement du mouvement sportif et de la population comoriens pour la tenue des Jeux des Îles de 2019. Par ailleurs, la commission d’évaluation a fait certaines recommandations aux dirigeants comoriens à l’issue de cette visite dans l’archipel. Ces derniers auront ainsi à établir un échéancier des diverses actions à réaliser d’ici à août 2015, notamment en ce qui concerne les infrastructures sportives. Les Comoriens devront ainsi établir une liste des sites susceptibles d’être retenus pour les Jeux et le coût de leurs construction ou réhabilitation.
Le Comoriens auront également à confirmer les conditions d’organisation autour du Village des Jeux ( site, plan et échéancier de construction) et de la restauration pour environ 2000 personnes. Ils auront aussi à fixer le coût des tarifs aériens concernant la prise en charge des billets d’avion pour les réunions du CIJ, mais aussi examiner la question ayant trait à la réhabilitation des infrastructures routières pour assurer un bon transport des délégations lors des Jeux. Les Comoriens auront aussi à confirmer les moyens de transport pour l’ensemble des membres des délégations. Ils auront également à présenter un dossier concernant la couverture médicale, la sécurité et la couverture médiatique des Jeux.