Le spectre d’une déroute a cédé la place à un avenir prometteur voire rayonnant pour les haltérophiles qui monteront sur la plateforme dans moins de deux mois aux Jeux des îles à La Réunion. L’arrivée du Roumain Urdass Constantin début février a changé considérablement la donne. Elle a servi à redynamiser un groupe d’athlètes parmi lesquels on compte quelques médaillés d’or potentiels, redonnant espoir et goût de la victoire. Sa venue a aussi servi à remettre toute une équipe dirigeante dans le sens de la marche après des moments fâcheux.
À moins de deux mois des Jeux, les leveurs de fonte sont visiblement plus sereins qu’ils ne l’étaient avant l’année. Après un premier volet de préparation de six semaines effectué en Roumanie, couplé d’un camp d’entraînement de six semaines au centre de Pointe-Jérôme à Mahébourg, les meilleurs d’entre eux sont repartis le 26 mai pour six semaines de plus en Roumanie pour la touche finale. On n’entendra de nouveau parler d’eux qu’à leur retour prévu à partir du 23 juillet.
En outre, ils auront été en stage intensif depuis début mars jusqu’à fin juillet. Ce qui est assez conforme aux exigences du technicien. « Là, on y va pour peaufiner le travail. On doit mettre tout le paquet. Cette dernière phase va révéler où en est l’équipe et il ne faudra rien négliger pour tenir ferme jusqu’au Jeux », s’enthousiasmait le DTN à deux jours du départ pour la Roumanie.
Mais il y a du nouveau : l’intégration d’Anthony Madanamootoo (-77 kg) qui revient d’une suspension d’une année et de Corinne Manoula (-75 kg), les deux ayant validé leur sélection à l’issue de l’épreuve qualificative tenue le 10 mai. Les huit autres sont les mêmes qui avaient fait le déplacement en mars, à savoir Roilya Ranaivosoa (-58 kg), Shalinee Valaydon (+ 75 kg), Emmanuella Labonne (- 63 kg), Jonathan Coret (- 56 kg), Cédric Coret (- 77 kg), Yannick Coret (- 62 kg), Yvan Pierrot (- 94 kg) et Yovin Gyadin (+105 kg).
Même si ce nouveau camp d’entraînement à l’étranger ne devrait pas comme le précédent comporter de compétitions, « ce déplacement comptera beaucoup dans cette dernière phase de préparation pour atteindre l’objectif de remporter le plus de médailles d’or possible aux Jeux. En gros, ce sont les meilleurs qui retournent en Roumanie », explique le coach.
Après bientôt quatre mois passés avec les leveurs mauriciens, il constate que « l’équipe commence à prendre forme. Elle est bien motivée pour les Jeux et la confiance commence à s’installer. Et puis, avec les jeunes qui en font partie, on commence déjà à préparer les Jeux de 2019 ».
Le 10 mai dernier, après l’épreuve de sélection marquée par quelques performances très prometteuses, le coach nous avait lancé qu’« il y a encore du boulot, car on est encore trop justes. Il faut progresser davantage et mettre des choses en place pour ramener le maximum de médailles d’or. Puis les gagner toutes aux Jeux de 2019. Avec les jeunes qui montent, ce n’est pas impossible ». Il se voulait aussi rassurant quant au fait que Shalinee Valaydon, touchée au coude lors de cette compétition, commençait à aller mieux.
Maurice, qui pouvait se vanter en 1993 et 1998 d’avoir réalisé une riche moisson dorée, aura depuis subi la domination des Seychelles, véritable rouleau compresseur en 2003, année de l’entrée des leveuses aux Jeux, et en 2007. Même sur ses terres, l’haltérophilie mauricienne fut la seule discipline à avoir raté son rendez-vous des 6es Jeux. Et ce, malgré un gymnase flambant neuf, la présence depuis 2002 d’un DTN, le Hongrois Robert Balazs, et d’un stage de six semaines en Slovaquie au coût de plus Rs 1M.
Minée par des conflits internes, elle évitera la déroute en 2007 par Ravi Bhollah (3 or) et Shalinee Valaydon (1 or), et en 2011 par cette dernière (3 or) et Yannick Corret (1 or). Bhollah est aujourd’hui entraîneur national, alors que Valaydon en sera à ses 3es Jeux d’affilée, Emmanuelle Lent et Hansley Gaya à leurs 4es, Yannick et Jonathan Coret à leurs 3es, Yovin Gyandin, Cédric Coret et Roilya Ranaivosoa à leurs 2es. Avec Yvan Pierrot et Anthony Madanamootoo qui ont rejoint les rangs, des résultats meilleurs sont sans doute attendus les 4, 5, 6, 7 août prochain.