Le Club M débutera sa campagne lors de ces 10es Jeux des îles de l’océan Indien en affrontant une vieille connaissance ce jeudi après-midi (15h15) dans son jardin à Curepipe. En effet, les Mauriciens recevront pour le premier match au stade George V la sélection des Seychelles, cette même équipe qui les avait battus en finale de 2011 à Mahé. Tout faux pas sera interdit étant donné que Maurice jouera son prochain match dans ce groupe A face à Madagascar lundi à midi au stade George V. Deux autres matches sont prévus jeudi dans le groupe B au stade Auguste-Vollaire à Flacq.

À 12h d’abord, les champions sortant de La Réunion seront opposés aux Maldives, alors qu’un peu plus tard dans l’après-midi, soit à15h15, les Mahorais défieront à leur tour les Comoriens.

Neuf mois après avoir pris en main les destinées du Club Maurice en remplacement du Brésilien Francisco Filho, le sélectionneur national sera face à son destin, demain après-midi. Il n’empêche que les choses n’ont pas été faciles, notamment après la pale performance à la récente COSAFA Cup en Afrique du Sud. Il n’empêche que ce regroupe semble avoir repris du poil de la bête après le dernier stage de dix jours en altitude en Afrique du Sud. Trois victoires et une défaite.

Le Mauricien a eu l’occasion de suivre la séance d’entraînement mardi matin au centre technique national François Blaquart et selon Akbar Patel, ses joueurs sont prêts. « Depuis lundi, nous nous sommes concentrés sur ce match face aux Seychelles. Nous avons mis en place une organisation de jeu susceptible de les mettre en difficulté », fait-il ressortir.

La prudence de mise

Car pour ce dernier, la prudence devra être de mise face à une sélection seychelloise qui avait tenu en échec l’Afrique du Sud lors de la phase éliminatoire de la Coupe d’Afrique des Nations. Cette même équipe sud-africaine qui a ensuite été quart de finaliste à cette compétition en Égypte. « Qu’on le veuille ou non, c’est une référence », remarque Akbar Patel. S’il se dit satisfait de la préparation, en revanche, le sélectionneur dit craindre que la pression d’évoluer à domicile ne prenne le dessus sur ses joueurs. « C’est la raison pour laquelle nous comptons beaucoup sur l’apport du public pour passer cet obstacle », souligne-t-il.

Contrairement aux récents JIOI, le Club M sera cette fois composé de joueurs locaux uniquement. « Ce qui est important, c’est que ces joueurs évoluent tous dans le championnat local. Je sais que certaines personnes ont des appréhensions par rapport à mon choix de ne pas faire appel aux expatriés. Mais moi, je m’en tiens à ma conviction. Maurice regorge de très bons footballeurs, sans doute peu valorisés contrairement à ceux évoluant à l’étranger. Il n’empêche que ce groupe m’a donné satisfaction. Les joueurs ont beaucoup progressé et on n’attend maintenant que le coup d’envoi », explique-t-il. Troisième en 2015 à La Réunion, Akbar Patel s’est fixé comme objectif de décrocher la médaille d’or, tout en étant conscient que c’est aussi le souhait de tous les Mauriciens.

De leur côté, les Seychelles, qui ont débarqué depuis dimanche dans le nord de l’île, se disent prêtes à jouer un mauvais tour aux Mauriciens. Nous avons d’ailleurs vu des Seychellois motivés lors de notre rencontre de mardi matin à l’hôtel où ils résident. Ils ont à cœur d’entrer dans la compétition tambour battant, en empochant les trois points face à Maurice. Ils y croient dur comme fer et ce n’est certainement pas Gavin Jeanne, l’entraîneur national, qui nous dira le contraire. « Le football seychellois n’a rien à envier à Maurice. Il n’y a pas grand-chose qui nous sépare en termes de qualité de jeu. Nous l’avons constaté au tournoi de la COSAFA (ndlr : en Afrique du Sud en mai). Je pense que la victoire se jouera au niveau psychologique. Le plus fort psychologiquement l’emportera et nous nous sommes préparés pour », dit-il.

Des Seychellois sans complexe

Ce dernier ajoute que son équipe est prête pour son premier match et que ses joueurs ont hâte d’y être. « Ils sont d’attaque. Ils savent qu’ils peuvent repartir avec une victoire très importante jeudi (Ndlr : demain) and they are looking forward to it. J’ai confiance en mon équipe, qui a une belle ossature avec des joueurs expérimentés. Il y a aussi de jeunes talents qui en seront à leurs premiers Jeux. Ils ont bien travaillé et sont concentrés sur leur premier match, avec la victoire comme objectif. »

Cependant, Gavin Jeanne, malgré sa sérénité, ne sous-estime pas son adversaire pour autant. « On sait que cela ne va pas être facile. Maurice aura l’avantage de jouer devant son public. Mais nous ne viendrons pas avec la fleur au fusil non plus », avance-t-il. Selon lui, son équipe peut aussi bien tirer profit de l’intensité du match et de l’atmosphère dans le stade. « Cela nous procurera aussi de l’adrénaline, qui nous donnera encore plus envie de gagner », fait ressortir le coach des Seychelles.

Au sein de l’effectif seychellois, deux joueurs en particulier se démarquent. L’un par son expérience et l’autre par son leadership. Tous deux évoluent au Club de Côte d’Or, champion des Seychelles, et sont les remparts de la défense. Sur le côté gauche, Jones Joubert, âgé de 34 ans, compte quatre Jeux des îles dans les jambes. Ce dernier a d’ailleurs fait partie du groupe qui avait décroché l’or en 2011 en battant Maurice (5-4, t.a.b.) en finale. « Je peux encore apporter beaucoup de choses à l’équipe. Je suis un habitué de cette compétition. Je sais comment gérer et comment prendre les matches. Rien ni personne ne me fait peur », nous fait-il part.

De son côté, Benoît Marie, 26 ans et capitaine, dit croire en la capacité de son équipe. « Nous avons un bon groupe avec des joueurs qui sont bons dans les duels aériens, rapides dans les couloirs et costauds physiquement. Nous avons de quoi répondre à nos adversaires. Nous allons prendre match après match, visant la qualification pour les demi-finales d’abord, avec la médaille d’or en toile de fond », lâche-t-il.
C’est dire que cette première joute promet énormément.