La date du 20 octobre s’annonce décisive quant à l’attribution du pays qui organisera la 10e édition des Jeux des îles de l’océan Indien en 2019. Les membres du Conseil International des Jeux (Cij) présents à l’île de La Réunion décideront si le dossier présenté par les Comores sera suffisamment solide et réaliste afin de lui confirmer définitivement l’organisation de cette manifestation.
Lors de la réunion du Cij à La Réunion en août dernier, il avait été convenu que les Comores, bien qu’ayant obtenu le drapeau des Jeux lors de la cérémonie de clôture, avaient jusqu’au 20 octobre pour présenter leur projet organisationnel. À moins d’une semaine de cette échéance, Philippe Hao Thyn, président du Cij, est on ne peut plus clair. « Il n’y aura pas de nouveau sursis accordé aux Comores », nous a-t-il déclaré hier après-midi.
Et d’ajouter : « Le choix final sera effectué mardi prochain et il n’est pas question de repousser cette décision finale de nouveau. » Également président du Comité olympique mauricien (COM), Philippe Hao Thyn Voon sera accompagné dans le cadre de cette mission de Vivian Gungaram (secrétaire général), Kaysee Teeroovengadum (assistant secrétaire général) et d’un représentant du ministère de la Jeunesse et des Sports, probablement le directeur des Sports, Ram Lollchand.
Qu’en est-il de la situation aux Comores ? Au mois dernier, l’impression d’un bras de fer entre le gouvernement et le Comité olympique et sportif des Comores (Cosic) semblait engagée. Ce qui avait poussé Hassane Mohamed Aboudou, directeur de l’administration au niveau de cet organisme, à regretter « que le gouvernement traîne les pas pour démarrer les travaux au complexe de Maluzini ». Dans la foulée, il avait tiré la sonnette d’alarme.
« On nous attend le 20 octobre à La Réunion avec des projets, des calendriers, des propositions de budgets et des noms des partenaires qui s’engageront à construire nos sites. Le Cij ne nous accordera pas plus de temps après ce sursis du 20 octobre. L’État doit honorer son engagement pour l’organisation des Jeux sur notre sol. Plus question de revenir en arrière. Nous devrons aller à La Réunion pour présenter toutes nos compétences d’organisation des Jeux des îles ».
Les engagements des Comores concernent donc la construction d’une piscine olympique, du complexe sportif de Maluzini, d’un gymnase et des travaux de rénovation du Lycée de Moroni qui abritera le Village des Jeux. Dans ce contexte, une convention a été signée avec la Chine depuis le 20 décembre 2014, notamment sur la construction du complexe sportif.
Depuis, la situation semble s’être décantée si on se fie à la déclaration de Madiana Mohamed Issa, membre du comité technique du Cosic. « Tous les jours, nous planchons sur le dossier dans le but de présenter un dossier complet. Nous sommes sur la bonne voie, mais il reste quelques pièces importantes à rassembler pour finir le puzzle ».
Reste que pour mettre toutes les chances de leur côté, les Comores, par l’entremise d’Ibrahim Ben Ali, président du Cosic, ont sollicité le rappeur Said Mrombabe, de son nom d’artiste Soprano, pour qu’il soit son parrain afin de soutenir la candidature de son pays. L’interprète de Hala Hala s’est dit « ravi et honoré » d’avoir été choisi pour ce projet qui « lui tient à coeur ».
Toujours est-il que rien n’est encore acquis pour les Comores, d’où la préparation d’un plan B, qui concerne les Maldives, qui avaient déjà signifié leur intention de se porter candidates depuis la dernière réunion du Cij en cas de forfait des Comores. Déjà, la partie maldivienne a présenté sa candidature officielle et compte se rendre à l’île soeur avec une forte délégation.
 Quant à la candidature de Maurice, elle demeure en suspens. « Nous pouvons considérer que Maurice demeure toujours candidate car aucune correspondance officielle n’a été obtenue jusqu’ici concernant son retrait définitif », précise Philippe Hao Thyn Voon.