Les Jeux des îles en seront-ils à leur dernière édition l’année prochaine ?

Une certaine confiance est revenue dans les rangs réunionnais dans l’optique du financement en vue des prochains Jeux des îles. Après que la Direction régionale de la Jeunesse, des Sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) a donné la garantie que les subventions allouées aux ligues et comités concernés par les JIOI ne seraient en baisse que de 10%, voilà que le conseil départemental a donné son accord pour participer au budget des Jeux.

Cette décision fait suite à une rencontre entre Philippe Pothin, vice-président du conseil départemental, et les représentants du Collectif Prézisports, soit un mouvement qui comprend les responsables de treize ligues et comités. « Par rapport à 2015, il y aura une baisse de l’ordre de 10%. Nous sommes assez satisfaits, car nous avons toutes les garanties pour y aller. Même si nous aurons à faire attention en réalisant moins de dépenses au niveau de la nourriture et des regroupements par exemple », a confié Johan Guillou, président de la Ligue de basket-ball et un des membres en vue de Prézisports.
Toutefois, ce dernier persiste à croire que les JIOI 2019 en seront à leur dernière édition. « Pour moi, ce sont les derniers Jeux des îles. Vu la conjoncture actuelle, je ne vois pas comment l’on pourrait financer ceux de 2023, alors que l’on n’arrive déjà pas à trouver les fonds pour 2019 », avait-il déclaré la semaine dernière. Au début de cette semaine, Johan Guillou s’est montré encore plus catégorique. « En 2023, vu la situation actuelle, cela m’étonnerait fort que cette compétition existe encore. » Un pessimisme qui ne s’est donc pas dissipé, même si Prézisports a obtenu la garantie auprès de la DRJSCS que les subventions allouées dans le cadre des JIOI ne seront réduites que de 10%, au lieu des 30% annoncées précédemment.

Pour rappel, tout cet imbroglio financier fait suite à la décision du gouvernement français de majorer une partie des subventions du Centre national pour le développement du sport alloués aux associations sportives, tout en annonçant la réduction des contrats et la suppression des aides pour l’accès au sport de haut niveau. Reste qu’une décision a été prise le week-end dernier au niveau du Comité régional olympique et sportif (Cros) afin de tenir un week-end no-sport les 22 et 23 courant dans toutes les communes au lieu de la fête du sport programmée par le ministère de la Jeunesse et des Sports.


Hao Thyn Voon : « Les derniers JIOI, j’y crois également »

Johan Guillou n’est pas le seul dirigeant à démontrer son pessimisme quant à l’avenir des JIOI. Son opinion est partagée par Philippe Hao Thyn Voon, président du Comité olympique mauricien et vice-président du Conseil International des Jeux. « J’y crois également », nous a-t-il déclaré mercredi. Et ce, en prenant en considération le fait qu’à part Mayotte, les autres îles n’ont toujours pas payé les 25% de subventions qui doivent accompagner la liste quantitative dans le cadre des prochains JIOI. S’il émet encore des doutes quant à la possibilité que les Comores organisent des Jeux de très bon niveau en 2023, Philippe Hao Thyn Voon se demande si Madagascar, si on s’en tient au système de rotation, pourra relever le défi. Surtout avec la tenue des prochaines élections générales. « Jusqu’ici, nous ne savons toujours pas à qui sera remis le drapeau l’année prochaine », ajoute-t-il. Pour rappel, Mayotte, candidate à l’organisation, s’est désistée.


Véronique Lagourgue de passage à Maurice

Désignée responsable de la délégation réunionnaise dans le cadre des prochains JIOI, Véronique Lagourgue était de passage à Maurice en cours de semaine. Elle a rencontré Jean-Pierre Sauzier, CEO du comité organisateur des JIOI et les discussions ont porté sur le travail effectué jusqu’ici au niveau des différentes commissions, notamment médicale et hébergement. Il nous revient qu’un symposium médical devrait se tenir à Maurice en novembre.