Après Paris, Rome, Toronto, Cologne, Sydney et Madrid,… Les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) se sont déroulées à Rio de Janeiro au Brésil du 23 au 28 juillet. Cela a été un temps fort pour le groupe de quarante jeunes Mauriciens qui y ont participé pour connaître une autre région du monde, pour vivre un moment spirituel exceptionnel, de prière et de célébration. Pour certains, il s’agissait de la première participation, alors que pour d’autres, ils vivaient un renouvellement de l’expérience. C’est à travers un témoignage émouvant que Natacha, Jonathan et Florina nous font vivre avec eux leur expérience aux JMJ de Rio, en passant d’abord par l’Afrique du Sud où ils ont vécu une aventure extraordinaire.
Les JMJ sont célébrées chaque année dans les diocèses du monde entier le Dimanche des Rameaux. Tous les deux ou trois ans, une ville est choisie pour recevoir les JMJ. En 1984, à l’occasion de l’année sainte de la Rédemption, le Pape Jean-Paul II célèbre, sur la place Saint Pierre au Vatican, la Rencontre Internationale de la Jeunesse. Durant cette rencontre, le Pape donne aux jeunes une Croix qui est aujourd’hui le symbole des JMJ. Un an plus tard, les Nations Unies déclarent l’année 1985 “Année Internationale de la Jeunesse”. Au mois de mars 1985, Jean-Paul II organise au Vatican une rencontre internationale des jeunes. Suite à celle-ci, il annonce la création des Journées Mondiales de la Jeunesse. “Allez, de toutes les nations faites des disciples !” (Mt 28, 19) était le verset choisi par Benoît XVI pour guider les jeunes?dans ce pèlerinage.
Voyage en trois étapes
Le départ du 9 juillet pour l’Afrique du Sud a marqué le début de l’aventure pour nos trois interlocuteurs. En réalité, explique Natacha Paul, 26 ans, cette première étape a été le “petit bonus” que le père Steves Babooram, organisateur du projet, avait réservé aux jeunes Mauriciens. A Johannesburg, à l’occasion du Mandela Day, une visite au Musée de l’Apartheid et de la maison de Nelson Mandela à Soweto, puis celle du monument d’Hector Peterson étaient au programme. Cette découverte de la culture sud-africaine, ce retour dans l’Histoire de l’apartheid, ont été pour Natacha, qui en était à sa première participation aux JMJ, “un moment fort et très enrichissant.” Deux jours plus tard, arrivés au Brésil, nos compatriotes ont vécu une expérience humaine qui restera gravée dans leur mémoire et dans leur coeur, avant de partir pour Rio assister enfin aux JMJ.
Magis au Brésil
À Salvador de Bahia, quelque 2000 jeunes venants de plus de 50 pays des cinq continents ont participé au programme Magis, organisé par des jésuites. “Une expérience très forte” qui a permis à Natacha, Jonathan, Florina et ainsi qu’à leurs camarades de découvrir la générosité des Brésiliens. Séparés en plusieurs groupes dans des favelas différentes, durant une semaine les jeunes participants de Magis ont participé à des “expériments” différents qui portaient sur le social, l’écologie, la foi et la spiritualité, entre autres. L’occasion pour eux de faire un travail sur le terrain et de connaitre à la fois un développement spirituel et un échange culturel. “Leur simplicité m’a touchée”, répète Natacha en parlant des Brésiliens qu’elle a rencontrés à Montes Carlos dans le nord du Brésil, à travers son “expériment” écologique. Quant à Jonathan Félix, 27 ans, il dit avoir réussi à faire un travail sur lui-même : “J’ai fait des choses que je ne faisais pas à Maurice, comme aider les personnes atteintes du VIH”. Pour Florina Mavouse, 25 ans, qui est partie à la rencontre de personnes âgées des couvents et qui a aussi travaillé au coeur même des favelas, à Bello Horizonte, “il s’est passé tellement de moments forts avec des personnes que je connaissais à peine !”.
Au coeur des JMJ
C’est dans un collège à Rio, le Santo Ignacio, que l’équipe mauricienne a été accueillie pour les JMJ. “Là-bas, c’était différent de ce qu’on avait vécu les deux semaines précédentes où nous étions dans un petit village tranquille. A Rio, il fallait s’adapter aux nouvelles conditions. Il y avait une grande foule”, relate Natacha. Le moment le plus spectaculaire pour nos trois interlocuteurs a été la messe sur la plage de Copacabana. “Malgré le nombre incroyable de personnes présentes – 3 millions —, la messe s’est déroulée de manière très pieuse, sans perturbation. C’était extraordinaire : imaginez 3 millions de personnes rassemblées et?recueillies !”, indique Jonathan.
“Magique” pour Natacha ; “Simplicité” pour Jonathan et “Joie” pour Florina. En un mot, c’est ainsi qu’ils décrivent les JMJ à Rio. Ces derniers sont prêts à retenter l’aventure pour les prochaines JMJ et encouragent les jeunes à y participer dans le futur. “C’est une expérience à vivre”, dit Jonathan. “Lorsqu’on revient des JMJ, on est changé et on réalise qu’il y a encore beaucoup de choses à découvrir autour de nous”, renchérit Florina. Et pour Natacha, “c’est une expérience qui nous enrichit beaucoup au niveau spirituel et personnel”. Ils s’accordent tous à dire que sans le père Steve Babooram, ils n’auraient pas eu la chance de vivre une telle expérience. “Nous souhaitons dire un grand merci au père Babooram sans qui rien de tout?ça n’aurait été possible”.