Les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) locales, événement organisé par l’Église catholique, ont rassemblé cette année un bon nombre de jeunes catholiques venant de toute l’île. Prévues dans la cour du Collège Saint Joseph à Curepipe, les activités ont été perturbées par le mauvais temps, obligeant les organisateurs à inviter ceux présents à se diriger vers l’église Ste Thérèse pour la célébration de la messe. Reprenant le thème de la journée « Avek Zezi to lavi nepli parey. Desann ! » l’évêque de Port-Louis Maurice Piat a invité les jeunes à dire non à l’individualisme pour « connaître le véritable bonheur ».
Reconnaissant les difficultés que rencontrent les jeunes et évoquant les questions qu’ils se posent sur leur avenir, Mgr Maurice Piat a réitéré l’appel du Christ. Lors de son homélie hier, dans le cadre des JMJ locales et de la célébration de la messe du dimanche des Rameaux,  l’évêque a soutenu que c’est le seul moyen « d’être véritablement heureux ». Reprenant les propos du Pape François aux jeunes lors des dernières célébrations des JMJ à Rio au Brésil, il a expliqué aux jeunes, souvent centrés sur eux-mêmes, qu’ils accordent une grande importance aux réseaux sociaux et aux outils technologiques « sans prendre conscience de ce qui se passe dans le monde ». Son homélie invite non seulement la communauté mais également les jeunes à oublier l’individualisme pour s’occuper des autres. « Lorsque nous rencontrons Jésus, notre vie change. Après sa rencontre avec le Christ, Zachée a remis la moitié de sa fortune aux pauvres », a-t-il expliqué. « Qu’est-ce qui a attiré Saint Paul ou encore Zachée à tout abandonner pour suivre le Christ ? ». Mentionnant l’importance du pardon, l’évêque a demandé aux jeunes de nourrir leur foi car « vous avez la capacité de réussir votre vie ».
La mise en scène de la Passion du Christ a été assurée par Mario Vincent. Les activités au Collège Saint Joseph ont été organisées par l’Équipe d’Animation Pastorale des Vocations (EAPV). Les participants ont retenu de cette journée des « temps forts » partagés avec d’autres jeunes de diverses régions. Parmi les intervenants, la religieuse franciscaine Maud Adam expliquait à ceux présents « kouma mo finn desann », ou encore, la comédienne Miselaine Duval a invité les jeunes à « créer leur légende personnelle ».