Jointe hier en fin d’après-midi au téléphone, Aarti Gulrajani, Chef de Mission du Club Maurice pour les Jeux Olympiques, évoque la satisfaction générale à l’heure que le branle-bas de combat a commencé par l’entrée en compétition du premier sportif mauricien, à savoir Roilya Ranaivosao en haltérophilie. Juste avant de s’entretenir avec Week-End, Aarti Gulrajani sortait d’une réunion des Chefs de Mission en prélude du véritable coup d’envoi de la compétition. « Pour l’heure, tout va pour le mieux. Mis à part David Carver qui arrive cette semaine, tous les membres du Club sont au Village des Jeux. On a accueilli les derniers arrivés hier (vendredi) avant la cérémonie d’ouverture. Ils sont tous bien installés », explique-t-elle à Week-End.
Dans la ville de Rio depuis une semaine, Aarti Gulrajani et quelques membres du Comité Olympique Mauricien (COM) avaient pour mission de s’assurer que les conditions adéquates soient mises en place avant l’arrivée de la délégation mauricienne. « Au Village des Jeux, il n’y a pas de problème. Notre délégation a obtenu les chambres et l’espace administratif nécessaire pour que nous organisions la participation mauricienne à ces Jeux. La sécurité est aussi à un niveau élevé, alors que pour éviter toute prolifération de moustiques, le Village des Jeux subi une fumigation quotidienne, et je dois vous avouer que c’est plus que rassurant pour tout le monde ici. Quant à Rio elle-même, c’est une ville qui vit à 100 à l’heure. Ses habitants sont très aimables », confie notre interlocutrice.
Cette dernière regrette néanmoins que le comité organisateur des JO de Rio n’a pas respecté les engagements pris au départ. Surtout lorsqu’il était candidat à l’organisation.
Un moment important au stade Maracana
« Comparativement à Londres, il y a 4 ans, nous constatons qu’il y a très peu d’engagements des volontaires, et aussi que les promesses faites pour le Village des Jeux n’ont pas été respectées. Ceci ne perturbe pas pour autant notre situation. Les athlètes mauriciens sont motivés, étant grandement impliqués dans leur préparation à Rio. Vu qu’elle commence la compétition aujourd’hui (ce matin à 2h30), Roilya n’a pas participé à la cérémonie d’ouverture afin de rester concentré », ajoute Aarti Gulrajani. Même si elle n’a pas assisté à toute la cérémonie, la Chef de Mission dira toutefois qu’elle a vécu un moment important au stade Maracana.
Pour sa part, le président du Comité Olympique Mauricien (COM), Philippe Hao Thyn Voon, salue la démarche du Comité Organisateur des Jeux de Rio qui, en dépit des contraintes, a pu assurer le bon déroulement de ces Jeux à ce jour. « Chaque Jeux et chaque pays ont leurs caractéristiques. À ce que j’ai vu à ce jour, je dirais que Rio a réussi son pari et j’espère maintenant qu’avec le début de la compétition nous resterons dans le même niveau. Par contre, je déplore l’attitude d’un membre du comité olympique qui n’a fait que des imbécillités depuis qu’il est à Rio », s’insurge le président du COM.
Philippe Hao Thyn Voon pointe d’un doigt accusateur Josian Valère, qui est venu à Rio comme un membre du COM. « Depuis qu’il est arrivé à Rio, il n’a cessé d’avoir une attitude qui n’est pas digne d’un membre du COM », relate notre interlocuteur. Outre ses actions de « montaz latet », on reproche au journaliste de la MBC d’être arrivé à la cérémonie du lever de drapeau avec le bas de son survêtement retroussé jusqu’aux genoux. « Lorsqu’un membre du COM lui a passé la remarque, il a tout simplement disparu de la cérémonie », explique Philippe Hao Thyn Voon.
Dans la foulée, nous apprenons que, depuis cet épisode, Josian Valère aurait été perdu de vue.