Joane Tour, âgée de 39 ans, est candidate de L’Alliance Morisien dans la circonscription Port-Louis Nord/Montagne-Longue (No 4) pour les élections générales. Cette directrice de compagnie est aussi une sportive ayant pris part à des compétitions internationales de marathon pour notamment lever des fonds afin d’aider ceux atteints de cancer. Joane Tour affirme avoir choisi de se jeter dans l’arène politique pour pouvoir être au service des gens et participer dans l’amélioration de la vie quotidienne de la population mauricienne. Elle veut être la porte-parole de tous ceux qui ont besoin de se faire entendre auprès des autorités du pays. La candidate de L’Alliance Morisien promet qu’elle sera une politicienne de proximité. Pour elle, le MSM est le seul parti qui « walk the talk » à la satisfaction de la population. « On mise sur l’expérience des anciens et l’énergie de la jeunesse pour le renouveau politique du pays », dit-elle.

Pourquoi avez-vous choisi de faire la politique avec le MSM et L’Alliance Morisien ?

Avant même de m’engager auprès de L’Alliance Morisien, j’étais très active dans le social. J’ai la ferme conviction que, si nous voulons faire bouger les choses, il faut oser faire partie des décideurs. Et la politique est un bon moyen pour aider à défendre la cause des plus démunis. J’ai choisi de rejoindre L’Alliance Morisien parce que j’y retrouve mes valeurs dans cette alliance. Et puis, le gouvernement sortant a en maintes occasions démontré qu’il est là pour améliorer la qualité de vie des Mauriciens.

Qu’est-ce qui vous a le plus marquée durant le mandat du gouvernement MSM-ML ?

Le gouvernement MSM-ML, sous le leadership de Pravind Jugnauth, a œuvré pour la justice sociale. Il y a eu, entre autres, l’introduction du salaire minimum à Rs 9 000. Un rêve devenu réalité. Il y a aussi eu la pension de vieillesse, qui est passée de Rs 3 750 à Rs 6 200, l’introduction de la Negative Income Tax pour assurer une distribution équitable de la richesse du pays et sans oublier l’abolition des frais des examens du School Certificate et du Higher School Certificate. Le pays a aussi connu de gros développements, des avancées infrastructurelles telles que le lancement du Metro Express, qui s’étendra petit à petit vers les différentes régions de l’île. Il y a tant d’autres projets qui sont en cours et bien d’autres qui viendront s’ajouter à cette longue liste de réalisations. Si nous devons parler bilan, je dirai sans aucune hésitation que l’équipe de Pravind Jugnauth a un bilan très rempli.

Il y a quand même eu des secousses politiques qui ont perturbé le mandat du gouvernement sortant…

Nommez-moi un gouvernement qui n’a pas eu de problème en cours de route. Nommez-moi un individu ou une famille qui ne rencontre pas des difficultés. Mais l’importance, c’est de les gérer et de prendre les mesures qui s’imposent. Personn pa kapav pwint Pravind Jugnauth ledwa. C’est un homme d’action et qui a honoré ses paroles et ses engagements envers le peuple de Maurice durant ce mandat. L’île Maurice retient qu’on a eu un Premier ministre qui a travaillé très dur depuis qu’il est en poste, contrairement à celui de l’ancien régime.

Vous adaptez-vous facilement à cette campagne rapide, étant nouvelle sur le terrain au No 4 ?

C’est une circonscription accueillante qui respecte les candidats et nous respectons aussi l’électorat. Les gens sont réceptifs à notre message de continuité. Il faut composer l’harmonie et le développement et ainsi faire de cette circonscription, faubourg de la capitale, une référence au niveau du pays. Beaucoup ont été faits, mais il reste beaucoup à faire aussi. C’est pourquoi mes deux collègues, Joe Lesjongard et Subhasnee Luchmun Roy, et moi allons nous atteler à cette tâche, et ce motivés par ce désir de servir la population de Port-Louis Nord/Montagne-Longue. C’est bien aussi que la campagne soit rapide afin que le pays ne soit pas tenu en haleine et qu’on puisse se remettre au travail dans les plus brefs délais.

Vous avez quand même obtenu un ticket du MSM alors que les deux autres députés ont été privés d’investiture ?

Je suis très heureuse et reconnaissante de la confiance que le Premier ministre et leader du MSM, Pravind Jugnauth, a placée en moi et je ferai de mon mieux pour servir cette circonscription au maximum de mes capacités. Les députés sortants du No 4 ont fait leur travail eux aussi et ils sont avec nous et nous soutiennent dans cette campagne. L’Alliance Morisien mise sur l’expérience des anciens et l’énergie de la jeunesse pour le renouveau politique tant réclamé et c’est le pari de Pravind Jugnauth qui apporte un nouveau souffle à l’échiquier politique.

Quel constat faites-vous au No 4 dans la conjoncture politique ?

Le sentiment dégagé sur le terrain est positif et démontre clairement une tendance en faveur du MSM. L’électorat a pris conscience du bilan positif du gouvernement sortant et que Pravind Jugnauth a abattu un travail remarquable en ses deux ans et demi à la tête du pays. Les gens estiment que, si en peu de temps le Premier ministre a pu réaliser autant de choses, il faut accorder au leader du MSM un nouveau mandat pour assurer une continuité. Bon, je peux être d’accord qu’il y a aussi des choses à améliorer, mais je peux vous dire que toutes nos interactions se passent bien et que tout se termine dans la compréhension et le sourire. Le No 4 indique déjà une situation de victoire électorale pour L’Alliance Morisien, comme c’est le cas dans l’ensemble du pays.

Il semblerait que deux sujets préoccupent cette circonscription, soit la situation du “Law and Order” et les infrastructures. Que comptez-vous faire à ce propos ?

Il y a énormément de projets qui ont été réalisés sous le règne du MSM-ML entre décembre 2014 et octobre dernier. Et je peux vous assurer qu’il y aura encore d’autres projets pour améliorer la qualité de vie des habitants de cette circonscription. Que ce soit en termes d’infrastructures et de facilités mises à la disposition des habitants du No 4. Il y a beaucoup de travaux qui ont été faits jusqu’ici sur le plan de Law and Order. On comprend les préoccupations ainsi que les appréhensions des habitants suite aux crimes perpétrés récemment au niveau de Vallée-des-Prêtres. Le gouvernement sortant a promis un poste de police pour soulager les policiers d’Abercrombie qui éprouvent des difficultés à rendre l’appel, avec l’augmentation du nombre de maisons dans les nouveaux morcellements surtout. Aux dernières nouvelles, des caméras du projet Safe City sont en passe d’être installées pour sécuriser plusieurs zones. Nous allons travailler avec les autorités concernées pour trouver des solutions durables, et ce dans l’intérêt des habitants.

Qu’apporterez-vous de nouveau pour les mandants du No 4 si vous êtes élue ?

Je tendrai une oreille attentive aux doléances des gens de cette circonscription et j’essaierai de trouver des solutions avec le support du gouvernement. La proximité sera ma devise et je ferai de mon mieux pour satisfaire mes mandants. Je serai là pour les assister dans n’importe quel cas de figure.

Douze femmes seulement sont candidates sous la bannière de L’Alliance Morisien. Votre avis ?

Pourquoi seulement 12 et pourquoi sous la bannière de L’Alliance Morisien seulement ? Pourquoi seulement 12 dans les camps adverses, notamment au MMM et au niveau de L’Alliance Nationale ? Il ne faut pas faire un cliché défavorable alors que tous les trois principaux coursiers à ces élections générales ont tous aligné 12 femmes. Mais la différence, c’est qu’au niveau de L’Alliance Morisien, nous croyons dans la capacité des femmes. Nou pa zour zot lor mikro ni dan lav toulezour. Derrière ses 12 femmes candidates, il y a des dizaines sinon des centaines de milliers de femmes qui les soutiennent, et ce parce qu’elles ont confiance en Pravind Jugnauth.

Pourquoi faut-il faire confiance à L’Alliance Morisien ?

Comme dit le dicton “we walk the talk”. Le MSM-ML a un bilan très positif. En plus, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, est un vrai gentleman qui incarne des valeurs et des principes. Le pays sera entre de bonnes mains avec un leadership moderne et éclairé.

Propos recueillis par

Yaasin Pohrun