Après Robbie Burke l’année dernière, c’est au tour de Nooresh Juglall d’être embauché par le Mauritius Turf Club pour agir comme jockey du club. Le moins que l’on puisse dire c’est que la jeune cravache mauricienne a fait fort dimanche dernier en réalisant un brillant doublé par le truchement de Direct Approach et Captain’s Key. Mais encore, la moisson aurait pu être meilleure si Pageantry n’avait pas joué de malchance.
Dimanche après-midi, à sa sortie de la jockey’s room, son sourire et sa grande joie reflétaient son sentiment de satisfaction. Alors que la journée avait débuté par la victoire de Kite Surfer dans l’épreuve d’ouverture, Nooresh Juglall, qui pilotait Direct Approach, arrivé second, logea une objection contre la monture de Nishal Teeha pour interférence alléguée en ligne droite. Du fait de la petite marge (0.03L) les séparant, les Racing Stewards tranchèrent en faveur de Direct Approach. Ce qui est une première dans les annales du turf local car aucun cheval n’a jamais gagné en deux occasions sur tapis vert au Champ de Mars.
« C’est un bon cheval qui ne gagne que sur tapis vert (rires). Sans l’incident avec Kite Surfer, il aurait remporté cette course. J’en suis convaincu. J’ai eu raison de protester d’autant qu’il a terminé aussi près du fautif », a déclaré Juglall.
Le double apprenti champion en Afrique du Sud doubla la mise dans la cinquième course avec le pensionnaire de l’écurie Mahess Ramdin, Captain’s Key. Doublé par Istriqraar peu après le départ, le cavalier attendit l’amorce du dernier virage pour solliciter sa monture. Dès lors, Captain’s Key, malgré son lourd handicap, prit le dessus sur le cheval du tandem Allet-David à mi- ligne droite avant de rallier le but en temps record, effaçant le nom de Profit Report des tablettes.
« Captain’s Key a couru en progrès. Au début, quand j’ai vu Istiqraar creuser l’écart, je me suis dit qu’il allait être difficile à battre. Mais à 400m du but, je l’ai vu faiblir. C’est là que je savais que mon cheval pouvait le faire. Je suis très content pour l’écurie qui n’a pas eu beaucoup de gagnants cette saison.»
En selle sur Man Of His Word dans la troisième course, Juglall fut d’avis que son cheval fut battu à la régulière par « meilleur que lui », avant d’ajouter que « Man Of His Word se fait un peu vieux maintenant et une deuxième place ce n’est pas si mal après tout. »
« J’aurais dû l’emporter avec Pageantry »
Nanti de l’as dans les stalles de départ, Pageantry, confié pour l’occasion à Juglall, se vit offrir une course en or sur les barres. Il déboîta sa monture à l’entrée de la ligne droite mais le passage se referma subitement entre Catch The Gers et Joyful. Le temps de retrouver son momentum, Burberry terminait bien trop fort à l’extérieur.
«   J’ai été malchanceux avec Pageantry. Il a été gêné dans les derniers mètres de la course.  C’est une épreuve que j’aurais dû enlever », a lancé le jockey amèrement.
Mais à bien voir, si Pageantry était resté à la corde, il aurait bénéficié d’un passage à l’intérieur de Catch The Gers.  
Au sujet de la course de Bastille Day dans la Maiden Cup, notre interlocuteur dira : « Bastille Bay a dû employer de gros moyens pour suivre le rythme. Ce qui a drastiquement diminué ses chances dans l’emballage final. Il n’a pas quicken dans l’épreuve. Je pensais qu’il allait jeter l’éponge en ligne droite mais il a quand même bien terminé sa course. Il a été courageux jusqu’au bout. J’espère qu’il va pouvoir récupérer avant la tenue de La Coupe des Présidents. »
Quant à Match Play, le jockey devait dire que le cheval fera mieux sur une distance rallongée, alors que Amaphupho dut être retiré de la deuxième course après avoir fait des siennes.