Ils sont nos ambassadeurs sur le turf étranger. Karis Teetan à Hong Kong et Nooresh Juglall à Singapour. Suspendu du 18 mai au 7 juin 2015, soit  s’étalant sur « six Singapore race days », Juglall a profité de ce break pour se ressourcer auprès de ses parents. Quelques jours de farniente pour ce jockey mauricien de 23 ans (230 victoires à son palmarès), qui se situe dans le Top 6 actuel au hit-parade des cravaches exerçant à Kranji, stoppé par une longue suspension pour une charge de « reckless riding under MRA Rule 44 (9) (a) » lors de la prestigieuse journée de la Singapore Airlines il y a deux semaines.
Un meeting international qui engagea une poignée de cravaches de renom exerçant dans la région, à l’image du Brésilien Joao Moreira (nouveau recordman de victoires, 118, à Hong Kong), Douglas Whyte et autre Manuel Munez. Juglall fut sanctionné sur Power Play pour une faute commise aux dépens de ce même Moreira qui pilotait Rosado. «Ca fait partie des courses et on doit l’accepter. J’avais 9 montes ce jour-là. J’ai signé une belle victoire avec Well Done et une 2e place, avant d’être sanctionné sur Power Play, » concède Nooresh Juglall, présent au Champ de Mars samedi dernier et mardi matin au training, à la veille de son retour à Singapour.
Alors qu’il était venu saluer ses pairs mauriciens à la rue Shakespeare mardi, il s’est confié à Turf Magazine sur son parcours singapourien et ses projets. «Je suis à mon troisième contrat avec le turf singapourien. J’ai remporté 18 victoires dans le présent exercice et j’espère me maintenir dans le Top 5 à la fin de mon présent contrat en juin. Entre les 3e et 6e actuels, c’est serré».
Juglall, bien considéré sur l’hippodrome de Kranji (à la fois par la presse locale et le turf club singapourien), veut profiter de son passage à Singapour pour se propulser vers d’autres sommets. A Hong-Kong en particulier. «Mon contrat se termine en juin. Le STC va vraisemblablement renouveler mon bail pour juin-décembre 2015. Je m’accorde encore une année pour rebondir sur Hong-Kong qui reste mon objectif majeure dans ma carrière de jockey».
Juglall se met à la disposition des entraîneurs  pour le training quotidien (6h à 10h) et les barrier trials, avant de monter en copurses le vendredi (9 courses) et le dimanche (11 épreuves).