La Head of Legal Department de la Mauritius Commercial Bank (MCB), Roselyne Lebrasse-Rivet, inculpée provisoirement pour le délit de complot, a entamé ce matin son troisième jour d’interrogatoire Under Warning dans les locaux du Central CID. En principe, elle devrait être confrontée à la version des faits et plus particulièrement des accusations formulées par l’ex-SWIFT Services Manager de la MCB, Michèle Tsang Ping. La prochaine étape de l’enquête concernera successivement la Head of Human Resource, Eddy Jolicoeur, l’ancien Deputy Chief Executive Banking, Philippe A. Forget, et le Chief Executive Banking, Anthony Withers. D’autre part, dans une note au personnel, la direction de la MCB se veut rassurante en soulignant que la banque et les employés concernés n’ont commis aucun acte répréhensible dans l’affaire Tsang Ping.
Avec les deux premiers jours d’interrogatoire consacrés à ses fonctions et responsabilités à la tête du Legal Department de la MCB, la séance du jour sera consacrée au fond du litige, notamment les allégations de complot portées par Michèle Tsang Ping au sujet de la gestion des Joint Accounts avec des dépôts initiaux de Rs 5 millions. Jusqu’ici, Roselyne Lebrasse-Rivet a fait comprendre aux limiers du Central CID que les procédures veulent qu’à un moment ou à un autre, la Chief of Staff Accounts et Accounts Executive, Roxanne Potié, devait lui soumettre ce dossier pour arbitrage.
La Head of legal Department, qui a retenu les services de Me Maxime Sauzier, rejette catégoriquement les accusations de complot et affirme n’avoir fait que son travail sur la base des avis légaux obtenus. L’exercice avec Roselyne Lebrasse-Rivet devra être bouclé cet après-midi en vue de permettre au Central CID de boucler cette étape de l’enquête avec les convocations à interrogatoire à Eddy Jolicoeur, Philippe A. Forget et Anthony Withers au plus tard à la mi-semaine prochaine.
Entre-temps, la direction de la MCB a fait sortir une note aux membres du personnel en vue de les rassurer dans la conjoncture. Cette communication signée du Chief Executive (Group), Pierre-Guy Noël, et du Chief Executive Banking, Anthony Withers, souligne que « les diverses décisions prises par la Banque ont été mûrement réfléchies et reposent sur une argumentation juridique solide et que les employés interrogés et arrêtés par la police n’ont fait que leur travail ».
Plus loin, les deux Chief Executive Officers de la MCB font ressortir que « les allégations contre la Banque et les employés concernés sont totalement fausses et particulièrement malveillantes » et d’ajouter qu’« il est absurde de prétendre, comme le font Madame Tsang Pin et son avocat, que les employés de la MCB pointés du doigt dans le cadre de cette affaire, ont ourdi quelque complot contre Madame Tsang Ping ».
La MCB affirme qu’elle collabore entièrement avec l’enquête policière en cours et « nous restons confiants que ces faits permettront à la justice et au bon droit de prévaloir ».