Le Central CID a lancé une opération en fin de matinée en vue de retrouver les traces de la Head of Legal Department de la Mauritius Commercial Bank, Roselyne Lebrasse-Rivet. Celle-ci aurait dû se rendre aux Casernes centrales dès ce matin, selon le programme établi, pour son interrogatoire Under Warning dans l’enquête sur la gestion des Joint Accounts de Rs 3 millions au nom de Michèle Tsang Ping, ancienne Manager SWIFT Services de la MCB. Cette étape fait suite à l’inculpation provisoire, hier, du Private Banker Dominique d’Unienville pour complot.
A la mi-journée, la Head of Legal Department de la MCB, dont la version des faits est cruciale dans la suite de cette enquête avec la première déposition de la victime au Central CID remontant à juillet 2012, n’avait pas encore donné signe de vie au QG du Central CID. Dans la matinée, une escouade d’enquêteurs s’était rendue à la Main Branch de la MCB à la rue Sir William Newton en vue de confirmer la présence de la principale concernée à son bureau.
Mais les membres du Central CID furent informés que Roselyne Lebrasse-Rivet ne s’y trouvait pas. Compte tenu de la tournure des événements, les responsables de cette enquête, en l’occurrence les ACPs Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi, ont eu des consultations de haut niveau en vue de décider de la marche à suivre. Des instructions ont été émises en vue de confirmer les Whereabouts de la Head of Legal Department et une escouade spéciale a été constituée à cet effet. Dans les milieux des enquêteurs, l’on fait comprendre que cette opération en vue de retrouver les traces de la Head of Legal Department devra être bouclée dans les meilleures conditions d’ici la fin de la journée.
La consignation de la version des faits de Roselyne Lebrasse-Rivet devrait s’échelonner sur plusieurs jours car elle est considérée par la victime Michèle Tsang Ping comme une des principales protagonistes dans la Joint Account Saga. Avec l’interrogatoire de Roxanne Potié, Chief of Staff Accounts et Accounts Executive et du Private Banker d’Unienville, le Central CID veut faire la lumière sur l’origine des instructions ayant privé Michèle Tsang Ping de ses droits à ces comptes conjoints.
La Head of Legal Department devra être interrogée sur le déroulement de la réunion du 4 novembre 2011 avec Vanessa Brown, la nièce de l’ancien General Manager de la MCB, Yvan Lagesse, et bénéficiaire de la décision avec ce transfert de fonds jugé illégal. Tout au long de ces échanges, Roselyne Lebrasse-Rivet avait maintenu que Michèle Tsang Ping n’avait aucun droit sur les fonds versés dans ces comptes conjoints. Le Central CID veut obtenir des précisions de la Head of Legal Department quant aux fondements juridiques de cette décision et de son rôle dans les sanctions disciplinaires contre Michèle Tsang Ping, dont son limogeage, le 27 novembre 2012.