Il était venu pour gagner l’or mais il repart avec l’argent. N’empêche, le milieu de terrain du Club M, Jonathan Bru, ne regrette pas d’avoir disputé les JIOI et pense que le Club M peut aller plus loin.
Pour vos premiers Jeux, vous revenez avec la medaille d’argent. Etes-vous satisfait ?
Ça a été une superbe aventure. Je ne regrette pas d’avoir pris la decision de venir disputer les JIOI. Desiré Periatambee, médaillé d’or en 2003, m’en avait beaucoup parlé. L’ayant vécu, je peux dire que c’est autre chose.
Comment évaluez-vous le parcours du Club M dans ce tournoi ?
Nous avons réussi un bon parcours. Nous avons démarré lentement en concédant le nul face aux Maldives avant de sombrer dans le doute apres ce revers contre les Seychelles. Ce succès contre les Comores a relancé le groupe qui s’est hissé jusqu’en finale. Le Club M possède également des éléments de valeur. Il y a des joueurs qui ont réussi un très bon tournoi, à l’image de Fabrice Pithia.
Parlez-nous justement de la finale ?
Ça s’est jouée à un rien. La finale était très équilibrée. Je croyais vraiment qu’on allait gagner la médaille d’or. Vu que nous sommes passés dans notre poule, nous étions confiants. En somme, nous ne sommes pas passés loin.
Votre opinion sur le niveau de cette competition de football ?
J’ai vu de très bons joueurs dans les différentes équipes. Ce football là est complètement différent de celui en Europe. Il faut s’y adapter et ça se joue beaucoup sur l’envie. Le niveau était assez relevé. J’ai beaucoup aimé le jeu des Maldives qui nous ont causé des problèmes. Les Malgaches et Mayotte ont aussi sorti du beau jeu. En tout cas, les Seychelles méritent leur titre.
Ça fait un an que vous êtes avec le Club M. Quel bilan faites-vous ?
J’avais débuté contre le Cameroun en septembre dernier pour enchaîner avec le Sénégal et la RDC. Certes, il y a une différence de niveau mais nous avons réussi à causer des problèmes à ces formations. Cela a été une bonne préparation pour les JIOI. Certes sur le plan africain c’est très difficile pour nous mais nous avons quand même pu réduire l’écart avec certaines équipes. L’objectif, c’est de combler le fossé entre les pays «moyens» de l’Afrique afin de petit à petit occuper un rang mondial intéressant.
Pour cela, il faut que le Club M puisse bénéficier des moyens
Le projet mis en place depuis six mois a démontré que nous pouvons avoir des résultats. Il y a du talent dans ce groupe. Aussi, j’ai constaté que les gens aiment beaucoup la sélection. Il faut maintenant un projet à long terme et que tout le monde tire dans la même et bonne direction pour promouvoir davantage le football. La nation attend ça depuis très longtemps. Nous devons avoir un plan cohérent qui passe aussi par la professionnalisation des clubs. Un championnat relevé aidera à coup sûr de rehausser le niveau du foot mauricien. Il y a aussi des joueurs qui demandent à évoluer à l’extérieur pour se perfectionner. Je pense que les autorités devront mettre plus de moyens tout en ayant plus de respect pour les joueurs. D’ailleurs, nous aurons incessamment une réunion avec les stakeholders pour définir l’avenir du Club M.
Seriez-vous des nôtres contre le Cameroun ?
Si c’est bien fait et tous les engagements pris respectés, je ne vois aucune raison de ne pas être là. J’aime jouer pour le Club M.