Mordu de jujitsu, Jonathan Charlot, vingt-six ans, vit de sa passion. Il est devenu double champion d’Afrique en Afrique du Sud en 2016 et a décroché plusieurs médailles d’or lors des championnats auxquels il a participé. Le jeune homme nous parle de son amour pour le sport et des échelons qu’il a gravis.

En un coup de poing, Jonathan Charlot, 26 ans, peut mettre k.-o. son adversaire. Il est classé deuxième au niveau mondial au jujitsu dans la catégorie de – 77 kg. “Le jujitsu est plus complet dans le sens où il complète le judo. On peut donner des coups de poing et des coups de pied. Ce n’est pas pour autant un sport dangereux. Les coups sont contrôlés. Nous n’avons pas le droit d’avoir des hard contacts. C’est un sport soft, contrairement à la boxe. Si nous blessons notre adversaire, nous pouvons être disqualifiés.”

Le jujitsu est une méthode de défense à partir de projections, de coups visant à neutraliser un adversaire. C’est un mélange de karaté et de judo. “Il m’arrive de faire des régimes pour perdre 7 kilos. Les gens ne réalisent pas l’effort qu’un pratiquant de jujitsu fournit avant chaque compétition. En faisant un régime, nous sommes généralement très fatigués. C’est le mental qui prend le dessus dans les compétitions”, confie le champion. Une alimentation stricte est primordiale avant de se lancer dans une compétition. L’expérience et la maturité lui ont permis de mieux gérer les contraintes liées à ce sport de combat.

Un homme comblé par le sport.

En pratiquant ce sport, le médaillé d’or est un homme comblé. “Mon plus beau souvenir, c’est ma participation à l’Open Balkan en Grèce. J’ai pu visiter le temple d’Athéna et le musée d’Athènes. Ce sont de très beaux souvenirs”, raconte l’ex-étudiant de Marcel Cabon SSS et du collège St-Marys. “Le sport m’a permis de faire des choses que je n’aurais pas pu faire si j’étais uniquement enseignant de sport. Il m’aide à m’épanouir.”

Il encourage les jeunes à se mettre au sport. “C’est désolant de voir autant de jeunes partir à la dérive. On ne peut pas dire qu’il n’y a pas suffisamment d’activités à Maurice. Nous avons plusieurs clubs de football, de basket-ball, de volley-ball et d’autres sports.” Jonathan Charlot pense que les jeunes doivent changer de mentalité. “Quand j’étais enseignant, j’ai pu constater qu’il y avait un manque d’intérêt pour le sport. Certains ne savaient rien des disciplines sportives. En leur parlant de sport, j’avais l’impression de parler une autre langue.”

Au collège, le sport était une de ses disciplines préférées de Jonathan Charlot. “C’était l’unique jour où je ne m’absentais pas”, dit-il en riant. Le sportif ne comprend pas pourquoi les jeunes ne s’intéressent plus au sport. “Comme la plupart des jeunes, j’ai aussi connu une période où j’ai été tenté de faire comme les autres. J’ai su dire non quand il le fallait.”

Le mental d’un guerrier.

Après le judo, Jonathan Charlot a commencé à pratiquer le jujitsu à 21 ans. En 2013, il le faisait sans but précis. Il s’y est mis sérieusement en 2016. “Mon amie pratiquait le jujitsu et avait besoin d’un partenaire. Cette discipline m’a tout de suite plu. Je me suis senti à l’aise”, dit le diplômé en éducation physique et ex-enseignant au London College. “J’ai commencé cette année mais j’ai dû faire une pause car j’avais plusieurs compétitions. En sus de mes entraînements, je devais suivre un régime strict”, souligne celui qui bénéficie du soutien de la fédération de jujitsu de Maurice. “Pour moi, c’était tout à fait normal de continuer avec le jujitsu.”La clé de la réussite de Jonathan Charlot repose en sa capacité à visualiser sa réussite à chacune des compétitions auxquelles il participe. Il a le mental d’un guerrier et ne lâche rien. Ce qui le motive dans la vie, c’est aussi le partage. Il pense aussi aux jeunes de son quartier. Il est toujours présent quand on le sollicite à Camp Levieux. “Lorsque j’étais au collège, j’avais créé un groupe à Camp Levieux afin de mieux soutenir les jeunes. Mon but était d’épargner les jeunes des fléaux qui les guettent. Faute de temps, j’ai dû arrêter.”
Pour le moment, le petit prodige du jujitsu se consacre entièrement à son avenir. Cette semaine, il part en France pour un stage à Nantes et animera un stage dans un club de la région nantaise. “Le fait d’être classé numéro deux mondial a permis que je sois invité à animer ce stage.” Il se rendra ensuite en Suède pour les championnats du Monde de jujitsu. Il essaiera également de décrocher une place pour la sélection des Jeux des Îles de 2019. “Ce sera une fierté pour moi de représenter Maurice.”


BIO EXPRESS

Situation familiale : Célibataire
Âge : 26 ans
Profession : Enseignant d’éducation physique
Totem : Crocodile
Plus grande frayeur : “Je n’ai peur de rien”
Plat préféré : Bol renversé fait maison
Série préférée : Dragon Ball Z
Film préféré : Never Back Down
Chanteurs préférés : Bob Marley, MHD et Danakil


Les moments marquants de son parcours

2016 : Jonathan Charlot est double champion d’Afrique en Afrique du Sud.
2017 : Il participe à l’Open de Macédoine et décroche deux médailles d’or.
2018 : Il participe au Thailand Open World de jujitsu et remporte la médaille d’or. La même année, il concourt à l’Open Balkan en Grèce et décroche la médaille d’argent. Il participe à l’Open d’Allemagne et remporte la médaille de bronze. Ces performances lui permettent de grimper à la deuxième place mondiale dans la catégorie des -77 kg.