Josianne Cassambo ramène Tangale sur la scène. L’héritière du sega tipik sera à l’IFM, le 14 août, avec dans sa tête des décennies de souvenirs de ces soirées passées au bord du feu de camp dans la cour familiale à Petite Rivière.
Il y a quelques années, en égrenant ses souvenirs pour Scope, Michel Legris racontait ces fameuses soirées de sega tipik où lorsque, “kan sega fini, ravann defonse”. Inévitablement, le “Capitaine” ne pouvait parler du passé sans proposer un détour par Petite Rivière, dans la cour des Cassambo : “Les meilleurs batteurs de ravanne à l’époque étaient de cette famille. Ces rencontres avaient aussi lieu à Pointe aux Sables ou chez Ti-Frère à Quartier Militaire. Les ségatiers racontaient une histoire dans leurs chansons. Des gens du public leur glissaient aussi des enveloppes avec une lettre et un billet à l’intérieur, pour que les chanteurs passent leurs messages dans une de leurs chansons improvisées sur place. L’ambiance du séga typique était un autre monde.”