Ce week-end pascal restera à jamais gravé dans la mémoire des Mauriciens. Qui aurait prédit que la petite île Maurice allait vivre un week-end des plus sombres de son histoire alors que les préparatifs marquant la fête de Pâques battaient leur plein? Désolation, consternation, incompréhension, révolte, colère, tels sont les propos qui reviennent le plus souvent depuis samedi après-midi au plus fort de la montée des eaux. Les pluies torrentielles ont été sans pitié, emportant tout ce qui pouvait se mettre au travers de leur chemin. 11 personnes ont trouvé la mort, victimes de la furie des eaux. Parmi, on retrouve les frères Teewary, Amrish et Trishul de Mahébourg qui s’étaient rendus à la journée de courses marquant la première classique du calendrier hippique mais qui devaient faire un crochet par le Caudan Waterfront pour rendre visite à leur cousin, Keshav Ramdharry, qui tenait son commerce dans le tunnel reliant la Rogers House au Caudan, suite au report du reste de la journée de courses. Mal leur en prit car, en voulant aider ce dernier à baisser les volets de sa boutique, ils devaient se faire piéger par la montée des eaux dans le passage souterrain. Ce tunnel, véritable couloir de la mort, devait faire cinq autres victimes. Les corps extirpés du parking souterrain du Harbour View Building et celui de Canal Dayot  sont venus s’ajouter à un bilan déjà trop lourd.
Mais l’heure est désormais à la solidarité et à la reconstruction. En attendant que chacun soit mis devant ses responsabilités, Turf Magazine présente ses sincères condoléances aux familles affligées par ces innondations meurtrières.