Un trésor récemment découvert à Rodrigues par deux inventeurs a volé la vedette lors de la cérémonie d’ouverture de la Journée de la culture de Rodrigues, organisée hier au Centre Nelson Mandela, lorsque le commissaire à l’Environnement de l’Assemblée régionale de Rodrigues, Richard Payendee, dans son discours, a souhaité que ce trésor soit gardé à Rodrigues.

« En tant que Rodriguais, j’aurais souhaité que ce trésor soit gardé à Rodrigues. Je n’accepterai pas qu’on nous vole notre histoire »,  devait-il déclarer.

Cette remarque a suscité une réaction rapide du ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, qui a demandé au commissaire rodriguais de « ne pas induire les Rodriguais en erreur ». Et le ministre mentor de rétorquer : « Tou zafer li reglemante par lalwa e tou seki poufer konsernan sa tresor-la pou fer li dapre lalwa. »

Le ministre mentor a expliqué qu’on « ne peut aller à l’encontre de la loi » car la personne concernée ira en cour pour contester la démarche. « Même si le trésor avait été découvert à Maurice par les inventeurs, la situation aurait été la même. Mo espere ki kamarad-la pa fer erer, pas fer fos rout e pas indwir le Rodrige an erer. »

Le trésor a été découvert il y a à peu près un mois par deux excursionnistes ayant, par le biais de Jurisconsult, juré un affidavit en Cour suprême. Selon l’article 716 du code civil, la moitié des objets retrouvés doit revenir aux inventeurs, c’est-à-dire à ceux qui l’ont découvert, et l’autre moitié à l’État mauricien.

La Journée de la culture à Rodrigues a pris cette année une dimension élargie en incluant les participants venant des Chagos et d’Agalega. « Nous avons voulu célébrer la République de Maurice dans son sens le plus large », a souligné le président du Centre Nelson Mandela, Jean-François Chaumière.

Ainsi, une vingtaine de participants ont exposé des produits alimentaires propres à leurs îles ainsi que des produits artisanaux. Quelque 4 000 personnes ont participé à cette journée.