« Des musées pour une société durable » : tel est le thème de la Journée internationale des musées, organisée chaque année depuis 1977, aux alentours du 18 mai, sous l’égide du Conseil international des musées. Ce thème censé inspirer tous les musées à travers le monde offre l’occasion au Beekrumsing Ramlallah Interpretation centre (BRIC), l’espace d’exposition de l’Aapravasi Ghat, de jouer les prolongations en ouvrant de 9 h à 20 h le samedi 23 mai afin notamment de souligner le rôle de pionnier de Maurice dans la mise en place et le développement de l’engagisme au XIXe siècle.
L’équipe de l’Aapravasi Ghat entend notamment attirer l’attention du public sur le rôle des musées dans le développement de toute société. En mettant en relief l’histoire et la culture d’une société, ils servent en effet de référence pour sa compréhension. Aussi est-il important de rappeler que si Maurice a joué un rôle de premier plan dans le développement de l’engagisme à travers le monde, aujourd’hui encore, notre pays abrite les archives et les vestiges les plus importants sur ce volet de l’histoire par rapport aux autres pays concernés.
L’équipe de l’Aapravasi Ghat lance aussi à cette occasion un atelier de réflexion et de concertation autour de l’évolution de la zone tampon qui est censée à terme associer le site classé Unesco à un environnement immédiat dont les projets et l’évolution prennent en compte le respect de l’histoire et du patrimoine et en perpétuent le sens. Cette rencontre programmée le même jour, à 16 h dans la salle de réunion du BRIC, sera la première d’une série qui vise à définir un plan de développement économique dans cette zone.
Qu’ils soient membres de l’Aapravasi Ghat, acteurs économiques ou représentant d’organisations internationales, les participants pourront y partager leur vision sur la régénération et le développement de Port-Louis dans les années à venir. Chaque participant invité présentera son projet pour la ville. Ainsi en sera-t-il de Thierry Lebreton pour SOS Patrimoine, puis de Tony Lee Luen Len qui au nom d’Ecosis évoquera la valorisation des énergies renouvelables ainsi qu’une plate-forme citoyenne dans la capitale. Un représentant de la Chambre de commerce chinoise et un autre d’UN Habitat interviendront également aux côtés de Global Shapers, une organisation de jeunes créateurs qui promeut les animations artistiques dans la ville, tandis qu’Astrid Dalais de Move For Art parlera du premier Festival de Port-Louis qui doit se tenir les 3, 4 et 5 décembre prochains.