La Journée internationale de la femme sera officiellement marquée cette année par un hommage rendu à deux grandes Mauriciennes, Lisette Talate et Anjalay Coopen. La ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille procédera à un dépôt de gerbes devant la statue d’Anjalay Coopen et sur la tombe de Lisette Talate, ce dimanche 8 décembre.
Décédée le 4 janvier 2012, Lisette Talate, née aux Chagos, et faisant partie des déracinés de l’archipel, demeure jusqu’aujourd’hui une force inspiratrice pour tous ceux qui luttent encore pour un retour dans leurs îles natales. Lisette Aurélie Talate, comme bien d’autres dans la communauté chagossienne, a depuis son arrivée à Maurice, organisé de nombreuses manifestations et grève de la faim pour réclamer un retour dans son île natale. Dans son témoignage au Mauricien à l’occasion de ses funérailles en 2012, sa fille Eileen racontait le courage de sa mère qui a aussi fait une grève de la faim en cellule policière. « Elle me disait : Ne pleure pas. Telle est ma lutte pour mon peuple ».
Anjalay Coopen est une figure de proue dans la lutte des travailleurs agricoles. Femme laboureur, elle fut tuée au cours d’une fusillade de la police à Belle-Vue Harel en 1943. Elle était enceinte.
Par ailleurs, la Mauritius Post prévoit le lancement d’un « Special commemorative cover » dimanche. La ministre Aurore Perraud rendra une visite à 20 femmes qui vivent dans un foyer à Résidence Bois Savon à Ste-Croix. Un programme culturel est prévu au centre communautaire de Notre-Dame et un match de foot opposant deux équipes féminines aura lieu au Stade Georges V.
Demain, deux activités sont prévues : une table ronde à l’auditorium Octave Wiehe à Réduit dans la matinée et une cérémonie officielle dans l’après-midi au J & J Auditorium, à Phoenix. Jane Ragoo, Rajni Lallah, Christina Chan-Meetoo et Jocelyne Minerve participeront à cette table ronde sur le thème « Equality is my agenda » à 9 h 30. Les recommandations des trois ateliers qui ont eu lieu pendant la semaine à Quatre-Bornes, sur le même thème, seront présentées au cours de la cérémonie de l’après-midi.
Les activités dans le cadre de cette célébration se poursuivront le 16 mars avec une journée portes ouvertes au National Women Development Centre de Phoenix. Les 19 et 20 mars, des programmes de formation sont prévus. Du 30 mars au 4 avril, il y aura une exposition de photographies par quatre artistes à la Galerie Nicholas Lambert de la Mauritius Post à Port-Louis : Karen Pang, Kathleen Minerve, Chloé Ip et Gilliane Soupe.
Les 3 et 4 avril, 75 entrepreneures participeront à une exposition-vente de leurs produits au Caudan Waterfront.
L’année internationale de la femme a été proclamée par les Nations unies pour la première fois le 8 mars 1975. Chaque année, cette journée est le moment tout indiqué pour « faire un bilan des avancées en termes de droits des femmes, de faire un inventaire de la situation actuelle et d’établir ce qui reste à faire pour garantir les droits humains des femmes ». Pour Aurore Perraud, 2015 est particulièrement significative puisque « cela fait déjà 20 ans depuis l’adoption de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing par 189 États membres réunis en Chine en 1995 ». Deux décennies plus tard, dit-elle, « ce document clé continue à orienter la lutte globale contre les contraintes et les obstacles à l’autonomisation des femmes partout dans le monde. »