Elle va à l’école sans rien à manger parce que sa mère n’a pas les moyens de lui en donner. D’autres enfants, âgés de 5 ans à peine, racontent qu’en l’absence d’un encadrement adapté, ils boivent et fument pour faire comme les grands. Les enfants ne souffrent pas que de violences. D’autres entorses à leurs droits fondamentaux sont quotidiennes. Mais ces violations sont passées sous silence, bien qu’elles risquent d’avoir des conséquences graves sur leur vie. Scope en parle, dans le cadre de la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, qui sera observée le 20 novembre.
Outre la violence physique et sexuelle, la maltraitance, la prostitution infantile, il existe bien d’autres façons par lesquelles les droits de l’enfant sont bafoués : la privation d’un encadrement familial, la discrimination, le non-recours à l’éducation, l’absence de compréhension pour le droit à une bonne santé. Ce sont les parents, la société en général, les autorités, et parfois même le système juridique qui sont montrés du doigt et tenus responsables du non-respect de certains droits de l’enfant.
Ce vendredi 20 novembre, quand sera marquée la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, cela ne changera rien à la dure réalité de cette petite fille de 8 ans. À Scope, elle raconte : “Je vais souvent à l’école avec seulement des livres et des cahiers dans mon sac. À la récréation, je préfère me retirer dans un coin car je suis la seule à ne pas avoir de quoi manger.”
Cette petite fille est issue d’une famille de parents divorcés. Ses trois frères et elle sont sous la charge de leur mère, qui arrive difficilement à joindre les deux bouts pour nourrir ses enfants. Elle n’a pas d’emploi fixe et exerce de temps à autre comme employée de maison chez plusieurs familles. Quand la mère travaille la nuit dans le restaurant d’à-côté pour se faire un peu d’argent, ses enfants sont livrés à eux-mêmes. “Si maman n’a pas eu de quoi cuire pour le dîner, c’est chez les voisins que nous trouvons des morceaux de pain et, avec un peu de chance, également du beurre et du fromage pour nous remplir le ventre avant d’aller au lit.”