La ministre de l’Égalité des genres, du Développement de l’enfant et du Bien-être de la famille, Aurore Perraud, a affirmé dimanche qu’avec la nouvelle loi en préparation, « la violence domestique sera considérée comme un crime ». C’était lors de son intervention à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la Famille, au Port-Louis Waterfront (PLWF), hier en présence du Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval. Celui-ci a dévoilé les panneaux illustrant les cinq valeurs familiales de la Charter for family values.
La ministre Perraud a d’emblée rappelé que les trois casquettes qu’elle porte ont trait à la famille et que le ministère « fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire comprendre aux couples que la violence ne résout pas les problèmes, mais bien au contraire, brise la cellule familiale », rappelant que « ce sont les enfants qui sont les premiers à en souffrir ». De plus, poursuit-elle, les femmes ne sont pas les seules victimes de violences domestiques, « mais les hommes aussi ».
« Nou la lwa pou fer violans domestik vinn enn krim, li pou vini biento. Avek koze, explike, si dimoun pa konpran, ek lalwa, zot pou bizin konpra », affirme-t-elle. Aurore Perraud dénonce les conséquences d’une perte des valeurs familiales « résultant en des crimes atroces ». Elle poursuit : « Zordi, pena respe pou fam, zenfan, gran dimoun. Nou gagn per kan nou get lagazet ! Bann valer ki nou sosiete ti ena lontan, kot zot finn ale ? »
Dans le cadre d’une campagne menée pour un retour vers les valeurs familiales, le ministère de tutelle a lancé un mouvement appelé “Le mur des valeurs”, soit l’érection d’un mur symbolique pour repousser toutes formes de violences et « un mur en béton sur lequel la population est appelée à peindre les valeurs », nommément “Respe ou mem ek lezot”; “Pran swin ou mem ek lezot”; “Lonette”; “Integrite”; et “Travay dir pou ressi”. Elles font d’ailleurs l’objet de la charte dévoilée hier par le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval.
La ministre Perraud a parlé de la révision des projets et services du ministère de tutelle pour qu’ils soient intégrés. Elle a évoqué la nouvelle loi régissant le National Women Council (NWC), la création prochaine d’un Command Center, basé sur le modèle sud-africain, pour offrir un meilleur service aux victimes de violences domestiques, le lancement prochain d’un DOVIS (Domestic violence information system), où les plaintes concernant les violences seront enregistrées dans un système informatique afin d’offrir un service efficace et rapide aux victimes.  Elle a aussi parlé de la révision de l’école des parents et du système de famille d’accueil, le Foster Care. « Nou pe fer an sort ki bann fami, tonton/tantinn, granmer/chacha/chachi kapav vinn paran dakeuil… Moris nou enkor ena solidarite dan fami. Kan enn zenfan pe gagn problem ek so paran, au lieu li al dan shelter, nou pou rod bann fami ki kapav pran so sarz ek nou pou permet sa fami-la gagn sa allowance-la. Li pa fasil pren sarz enn zenfan. Nou konpran, alor noun trouv enn solition pou zenfan-la, al dan enn lenvironman ki li kone, kot li kapav retrouv so reper et grandi pli bien », soutient-elle. Prenant l’exemple d’une compagnie privée ayant décidé de parrainer un abri, la ministre Perraud a lancé un appel pour que d’autres rejoignent cet élan de solidarité.