Le réaménagement du dépotoir de Roche-Bon-Dieu en un centre de tri de déchets a été l’un des points forts des manifestations pour marquer la Journée de l’Environnement à Rodrigues, vendredi. Le commissaire à l’Environnement, Richard Payendee, a rappelé aux habitants de l’île qu’il est de leur devoir de maintenir l’avance de Rodrigues sur Maurice en matière d’initiatives pour protéger l’environnement. Ainsi, il prévoit l’entrée en vigueur à partir du 1er janvier prochain d’une loi sur le Deposit Refund pour décourager les Rodriguais à jeter cannettes et bouteilles utilisées et vides dans la nature. Toute une série d’animations avec la participation des élèves des écoles primaires de Notre-Dame de Lourdes RCEA,  de Brûlée et de Roche-Bon-Dieu Brûlée GS ont agrémenté cette manifestation.
Dans son intervention, le commissaire Payendee a mis l’accent sur la nécessité d’innover chaque année en matière de préservation de l’environnement. Tout en retraçant les mesures pour protéger la faune et la flore marines avec la fermeture de la pêche et de la saison des ourites, il est revenu sur la décision d’interdire les sacs en plastique. « À partir de janvier prochain, Maurice adoptera une mesure similaire en suivant l’exemple de Rodrigues. Nous devrons toujours avoir une longueur d’avance sur Maurice. C’est un rêve qui a été traduit dans la réalité de tous les jours », s’est-il appesanti en ajoutant que le centre de tri constitue également une première au sein de la république de Maurice.
Richard Payendee a déclaré que la loi interdisant le sac en plastique a incité les Rodriguais à innover et à créer d’autres alternatives avec la création d’emplois et un apport additionnel à l’économie de l’île. Il se félicite de l’exploitation optimale des matières premières dans l’île. Dans le même souffle, il a ajouté qu’avec la disparition du dépotoir de Riche-Bond-Dieu, transformé en centre de tri, le maître-mot sera le recyclage et la transformation.
« Des déchets ont une valeur économique. Sinon, des gens ne viendront pas les récupérer. Toutefois, il faut faire très attention car il y a des déchets qui sont nuisibles à la santé, comme des piles », a poursuivi le commissaire, qui regrette que malgré le fencing entourant le dépotoir, l’interdiction d’accès n’y est pas respecté. Il a également annoncé le démarrage d’un Waste-to-Energy Project à Rodrigues.
Le commissaire à l’Environnement a annoncé la mise sur pied d’une loi portant sur le Deposit Refund à partir du 1er janvier 2016. Les règlements ont déjà été approuvés au niveau du conseil exécutif de l’Assemblée Régionale de Rodrigues. « Sur chaque cannette de bière ou chaque bouteille, le Deposit Refund sera obligatoirement inscrit. Vous serez remboursé quand vous les remettrez  aux commerçants. Si vous les disposez dans la nature, quelqu’un d’autre en profitera à votre place », dit-il en révélant que tous les déchets venant de Maurice y retourneront après compactage. L’exemple de Zuel Leopold, un promoteur rodriguais engagé dans le compactage des déchets, a été cité. En trois mois, il a exporté 50 tonnes de métaux compactés sur Maurice.
De son côté, Franchette Gaspard Pierre Louis – chef commissaire par intérim en l’absence du chef commissaire Serge Clair – qui a tenu à féliciter la nouvelle présidente de la république, Ameena Gurib-Fakim, a annoncé l’arrivée prochaine d’un médecin gynécologue d’Australie et la possibilité pour les généralistes de l’île d’y aller se perfectionner. Cette mesure devrait soulager les difficultés par les femmes durant leurs grossesses respectives.